Bourse > Actualités > Points de marché > Morning Briefing : Temps mort

Morning Briefing : Temps mort

Si Wall Street a rebondi également hier, le climat redevient indécis à Paris ce matin.Si Wall Street a rebondi également hier, le climat redevient indécis à Paris ce matin.

(Tradingsat.com) - Après une petite reprise en clôture hier, le CAC40 a toujours bien du mal à se décider à aller où que ce soit autour du pallier des 4.400 points. Les indicateurs sont très indécis.

Tendance et catalyseurs

Le CAC40 est attendu en légère baisse de 8 points, à 4.412 (Calls IGMarkets). La hausse d’hier, +0,72%, va avoir bien du mal à jouer les prolongations tant l’orientation des marchés est indécise en ce moment. L’indice parisien a réussi à s’éloigner un peu de son point-pivot des 4.380, mais pas de manière décisive.

L’orientation positive de Wall Street va au moins aider le marché à tenir un peu de ses gains. Après 2 jours de baisse consécutifs, Wall Street a remonté la pente hier, en gagnant 0,2% sur le S&P 500, et les 3 grands indices américains sont à nouveau proches de leurs plus hauts historiques.

Le pétrole remonte lui aussi la pente, et se rapproche à nouveau des 50 dollars sur le Brent, à 43,35. Malgré l’ensemble du marché qui joue sur un baril durablement installé autour des 50 dollars, on sent une vraie pression baissière. Ce sont les investisseurs américains notamment qui vendent en grande quantité les ETF indexés sur le pétrole.

Après un rallye de 16% en 7 jours et de plus de 20% depuis les plus bas de cet été (Bull Market), beaucoup prennent leurs bénéfices. Du coup l’ETF Pétrole américain la semaine dernière, a subi ses plus fortes sorties de capitaux depuis mars, à 300 millions de dollars.

Le pétrole qui pourrait être le seul et unique véritable catalyseur de marché, alors que les investisseurs, attentistes, évitent de prendre des positions trop tranchées avant le symposium des banquiers centraux du monde à Jackson Hall en fin de semaine.

Valeurs

Vivendi

Le groupe est donc sous le coup d'une action en justice de Mediaset, le groupe de media italien, qui lui réclame environ 1,5 milliard d'euros de pénalités en justice, alors que Vivendi n'a pas respecté leur accord d'échanges de participations autour de la filiale Mediaset Premium. Mais l'addition pourrait s'alourdir à plus de 2 milliards, alors que la Fininvest, la holding de Silvio Berlusconi qui contrôle Mediaset, engage également un recours en justice contre Vivendi, et lui réclame 570 million de pénalités.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...