Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Moody's place la note italienne sous surveillance

Marché : Moody's place la note italienne sous surveillance

Moody's place la note italienne sous surveillanceMoody's place la note italienne sous surveillance

par Daniel Bases

NEW YORK (Reuters) - Moody's a annoncé vendredi examiner la note souveraine italienne Aa2, pour éventuellement l'abaisser ensuite, jugeant l'économie transalpine mal préparée à un relèvement de taux d'intérêt par la Banque centrale européenne.

Fragile, l'économie italienne aurait du mal à affronter une hausse du loyer de l'argent dans un contexte marqué par la difficulté de plus en plus forte de se financer pour les Etats européens fortement endettés, explique l'agence de notation.

"L'examen par Moody's de la note souveraine italienne portera en premier lieu sur les perspective de croissance de l'économie italienne pour les années à venir, notamment sur la question du retrait d'importants freins structurels qui pourraient empêcher l'économie de se reprendre avec plus de vigueur à moyen terme", écrit Moody's dans le communiqué.

Des taux d'intérêt plus élevés, conjugués à une croissance économique faible, pourraient en outre compliquer la génération des excédents nécessaires à la réduction des ratios dette/Produit intérieur brut, écrit-elle encore.

La décision de Moody's, qui a précisé qu'une décision sur la note italienne serait prise d'ici 90 jours, illustre les difficultés de certains pays européens dans un contexte marqué par la question grecque.

"L'annonce de Moody's accrédite les inquiétudes de la Banque centrale européenne sur la perspective d'une contagion. Et cette contagion ne doit pas se produire", a commenté Greg Salvaggio de Tempus Consulting à Washington.

"Par conséquent, je pense qu'il y aura un plan mis en place ce week-end et il donnera du temps à la Grèce."

Le communiqué publié par Moody's évoque les fragilités structurelles de l'Italie, comme sa faible productivité ou "les rigidités de sa législation sur le travail et les marchés" qui ont plombé la croissance au cours des dix dernières années.

"L'Italie n'a pour l'instant repris qu'une fraction des sept points de pourcentage de PIB perdus durant la crise mondiale, en dépit de la faiblesse des taux d'intérêt qui devraient être augmentés à moyen terme."

Daniel Bases, Nicolas Delame pour le service français

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...