Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Moody's épingle la vulnérabilité des banques françaises

Marché : Moody's épingle la vulnérabilité des banques françaises

Moody's épingle la vulnérabilité des banques françaisesMoody's épingle la vulnérabilité des banques françaises

PARIS/NEW YORK (Reuters) - L'abaissement par Moody's des notes de quinze grandes banques mondiales a mis en exergue une vulnérabilité des banques françaises en raison notamment du poids de leurs activités de marché et de leur exposition aux pays en difficulté de la zone euro, principalement la Grèce et l'Italie.

BNP Paribas, Crédit agricole et Société générale, trois des quatre grands établissements français, ont vu leur note abaissée jeudi soir par l'agence de notation, de même que Morgan Stanley, JPMorgan Chase, Bank of America, Credit Suisse, UBS ou encore Deutsche Bank.

A l'issue d'une revue entamée en février, Moody's a ramené la note de BNP à A2 contre Aa3, soit un recul de deux crans, et celle de SocGen à A2 contre A1, soit un cran. La nouvelle note de ces deux banques est assortie d'une perspective stable.

Quant au Crédit agricole, très exposé à la Grèce du fait de sa filiale Emporiki, Moody's a abaissée sa note de deux crans, à A2 contre Aa3, mais la perspective est en revanche négative.

"La structure de financement et la position de liquidité des trois banques françaises nous semblent relativement faibles par rapport aux autres banques mondiales", a expliqué à Reuters Nick Hill, responsable de l'équipe institutions financières pour la France chez Moody's.

"Elles se refinancent sur les marchés plus que d'autres", a ajouté l'analyste de l'agence de notation.

Si le Crédit agricole et la Société générale ont refusé de commenter la décision de Moody's, BNP a en revanche publié un communiqué. Elle dit regretter que Moody's n'ait "pas suffisamment pris en compte des éléments importants" comme l'amélioration de sa solvabilité financière et de sa structure de financement depuis le lancement, l'an dernier, de son plan de réduction de bilan.

"PAS UNE SURPRISE"

A la Bourse de Paris, la réaction des investisseurs s'est révélée modérée. Après avoir ouvert sur des baisses de près de 2% dans les tout premiers échanges, les titres BNP, Crédit agricole et SocGen sont repartis à la hausse.

A 14h00, Crédit agricole gagnait 2,5% à 3,42 euros, BNP prenait 1,87% à 29,755 euros, et Société générale 2,76% à 18,23 euros. Elles surperformaient l'indice sectoriel européen qui gagnait 0,9%.

"Ce n'est pas réellement une surprise pour les marchés financiers", a commenté Benoît de Broissia, analyste chez KBL Richelieu Gestion, dans une interview à Reuters Insider.

"Le marché s'attendait à ce que les notes aillent au niveau A2", a souligné un autre analyste, basé à Londres. "Les coûts de financement sont déjà très élevés, les spreads sont très élevés. Ce qui affecte les coûts de financement, c'est avant tout la situation macroéconomique."

Moody's avait placé mi-février sous surveillance les notes de crédit de 17 grands noms de la finance internationale, expliquant alors que leurs notes ne reflétaient pas la dégradation des conditions de financement, l'élargissement des spreads de crédit, le durcissement de la réglementation et la détérioration des conditions d'activité.

Dans cette optique, la note de Credit Suisse se voit dégradée de trois crans, passant de Aa1 à A1, avec perspective stable. En Bourse, le titre cédait 0,3% vers 14h00.

"Toutes les banques concernées par la décision d'aujourd'hui ont une exposition significative à la volatilité et aux risques de pertes considérables induites par les activités sur les marchés de capitaux", a expliqué dans un communiqué Greg Bauer, directeur général de la division Global Banking de Moody's.

Sa revue a déjà conduit l'agence à revoir à la baisse les notes du japonais Nomura et de l'australien Macquarie.

Matthieu Protard à Paris, Nicolas Delame pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...