Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Merkel redit son opposition au partage du fardeau de la dette

Marché : Merkel redit son opposition au partage du fardeau de la dette

Merkel redit son opposition au partage du fardeau de la detteMerkel redit son opposition au partage du fardeau de la dette

BERLIN (Reuters) - La chancelière allemande Angela Merkel a estimé lundi qu'un partage du fardeau de la dette au sein de la zone euro serait "économiquement erroné" et "contre-productif", réaffirmant, à quelques jours du sommet européen, une position tranchée.

Les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union débattront jeudi et vendredi de la faisabilité d'une union bancaire, d'une intégration budgétaire accrue et de la possibilité d'un fonds de "rédemption" de la dette, autant d'options considérées par certains comme indispensables pour résoudre la crise de la zone euro.

"Quand je pense au sommet, je crains qu'une fois encore, nous nous attachions trop aux différentes manières de partager la dette", a dit Angela Merkel lors d'une conférence à Berlin.

La mutualisation des dettes au sein de la zone euro ou la création d'un fonds de rédemption seraient inconstitutionnelles, a-t-elle ajouté.

"Je considère en outre qu'ils seraient économiquement erronés et contre-productifs", a-t-elle dit.

Son porte-parole avait auparavant déclaré que la chancelière rejetait les appels en faveur de solutions "faciles" à la crise de la zone euro.

"Notre union monétaire (...) est clairement en difficulté et les taux d'intérêt que certains pays doivent payer font partie de cette difficulté. Le gouvernement allemand le sait bien et est déterminé à trouver une solution satisfaisante pour sortir de la crise", a dit Steffen Seibert.

"Mais la chancelière s'inquiète du fait que, juste avant le sommet européen, certains expriment encore le souhait de solutions prétendument faciles, plus particulièrement le souhait d'une responsabilité partagée", a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse.

"Si le gouvernement allemand y est opposé, c'est sur la base de la législation européenne et de la constitution allemande, mais aussi parce que c'est notre conviction économique et politique la plus profonde que la responsabilité et le contrôle doivent toujours aller de pair", a poursuivi Steffen Seibert.

À trois jours du sommet, Angela Merkel a pris les devants en évoquant le risque que son pays s'y trouve mis sous pression par ses partenaires.

"À Bruxelles, beaucoup de regards, sinon tous, seront une fois de plus tournés vers nous", a-t-elle dit, avant de souligner que l'Allemagne devait viser une politique financière soutenable.

Andreas Rinke, Blandine Hénault et Marc Angrand pour le service français, édité par Natalie Huet

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...