Bourse > Actualités > Points de marché > Marchés : Nouvelle chute de l'euro contre le yen et le dollar

Marchés : Nouvelle chute de l'euro contre le yen et le dollar

tradingsat

(CercleFinance.com) - La monnaie unique européenne était malmenée jeudi midi sur le marché des changes après une décision de la Fed finalement jugée décevante, sinon inquiétante. A cette heure, l'euro recule de 0,85% face au dollar à 1,3472 et de 1,62% face au yen à 103,03.

La tendance est moins défavorable contre la livre (- 0,37% à 0,8728), quand le franc suisse faisait toujours figure d'exception : l'euro gagne 0,93% contre la devise helvétique à 1,2337 sur des rumeurs persistantes quant à la politique de la Banque nationale suisse (BNS). “Les observateurs économiques s'interrogent sur une nouvelle décision d'arrimage à 1,2500 (franc l'euro) de la part de la BNS”, commente un intervenant. Rappelons que le 6 septembre, elle a décidé de défendre vaille que vaille le seuil des 1,20 franc, et que cela a fonctionné.

Certes, les derniers chiffres immobiliers américains se sont avérés meilleurs que prévu, avec une hausse de 7,7% des ventes de logements anciens en août. Du côté de la Grèce et des Européens, la situation peine à s'éclaircir.

Mais sur la Fed que les attentions se concentrent. L''opération twist' tant attendue aura bien eu lieu : la Fed achètera d'ici juillet 2012 pour 400 milliards de dollars de titres obligataires de maturités allant de 6 à 30 ans tout en vendant pour un montant équivalent de titres à 3 ans et moins. Cette mesure vise, en les achetant et donc en en faisant monter le prix, à faire baisser les taux d'intérêt des obligations publiques de long terme et donc l'ensemble de la courbe des taux, ce qui peut soutenir l'activité et notamment les opérations immobilières des ménages. Les taux d'intérêt ont été maintenus entre 0 et 0,25%.

Un autre cambiste considère d'ailleurs que 'l'opération twist' est positif à court et long terme pour le dollar. 'Le dollar américain restera considéré comme une valeur refuge', indique-t-il.

Cependant e marché a cependant retenu le caractère nettement plus pessimiste du communiqué de la Fed quant à la conjoncture, et malgré tout l'absence d'annonce d'un “QE III”. “Le FOMC (comité de politique monétaire de la Fed, NDLR) est apparu nettement plus préoccupé par les risques baissiers pesant sur la croissance que tel n'était le cas en août”, relèvent ce matin les analystes de RBS.

Le communiqué de la banque centrale américaine indique effectivement que “des risques baissiers significatifs pèsent sur les perspectives économiques, y compris des pressions qui s'exercent sur les marchés financiers”. RBS rappelle qu'en août, le FOMC se contentait d'écrire que “les risques négatifs pesant sur les perspectives économiques se sont accrus”.

“La croissance économique reste faible, le marché du travail est anémique et les perspectives ne sont pas favorables”, commentent les cambistes de Pictet & Cie.

De surcroît, les bruits touchant les valeurs bancaires européennes n'en finissent pas de courir sur les marchés. “Les rumeurs de la journée ont touché la France, avec des bruits de fusion forcée par le gouvernement entre la Société Générale et BNP Paribas. Selon le Fonds monétaire international, l'exposition des banques européennes aurait crû de 300 milliards d'euros à cause de la crise des dettes européennes”, soulignent encore les cambistes de la banque privée genevoise dans leur commentaire matinal.

L'agenda statistique européen de la matinée n'avait pas grand' chose de rassurant. Se repliant de 50,7 en août à 49,2 en septembre, l'indice PMI flash composite Markit dans l'Eurozone, passe sous la barre des 50 pour la première fois depuis juillet 2009. Le secteur manufacturier et le secteur des services affichent tous les deux une légère contraction. Le volume des nouvelles affaires diminue pour le 2ème mois consécutif.

En outre, l'indice des entrées de commandes dans l'industrie dans la zone euro a diminué de 2,1% en juillet 2011 comparé à juin, alors que la baisse n'était attendue qu'à - 1,2%. Les taux de croissance mensuels pour juin 2011 ont été révisés de -0,7% à -1,2%.

Cet après-midi, les cambistes guetteront du côté américain, les inscriptions hebdomadaires au chômage de la semaine passée, attendues à 420.000 contre 427.000 huit jours plus tôt.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...