Bourse > Actualités > Points de marché > Marchés : L'euro tente mollement de se reprendre.

Marchés : L'euro tente mollement de se reprendre.

tradingsat

(CercleFinance.com) - La monnaie unique européenne européenne enregistrait ce midi un rebond sur le marché des changes après que de vives craintes sur l'avenir de la Grèce et de la zone euro hier aient lourdement pesé hier. Ainsi vers 13 heures 30, l'euro progresse ainsi de 0,15% à 1,2846 dollar, non sans avoir touché ce matin 1,2814, soit son plus bas niveau depuis plus de trois mois.

La reprise est également de mise contre le yen nippon (+ 0,15% à 102,7 yens l'euro), ainsi que face à la livre sterling (+ 0,57% à 0,8014 livre l'euro). Le calme plat est toujours de mise contre le franc suisse à 1,2011 franc l'euro, à proximité immédiate du niveau actuellement défendu par la Banque nationale suisse (pas moins de 1,20 franc l'euro).

En un mois de temps, l'euro perdu plus de 2% de sa valeur contre le dollar, 2,8% contre le yen et 3,8% contre le sterling.

A propos de la Grèce, un intervenant rappelle les derniers développements : 'les trois principaux partis (issus des élections législatives de dimanche dernier, ndlr) ont tous échoué à former un gouvernement'. Tout espoir n'est pas encore perdu, le courtier rapportant des rumeurs selon lesquelles ces trois partis essaieraient actuellement de s'entendre sur un 'gouvernement technocratique'. Mais le parti d'extrême gauche Syriza y serait opposé.

Mais d'ores et déjà, les cambistes spéculent sur l'organisation de nouvelles législatives, ce qui arrivera à moins d'un compromis. 'Tout pourrait alors arriver', juge le cambiste, qui rappelle qu'une importante échéance de crédit se profile en juin pour la Grèce. 'Les investisseurs scrutent le pays et retiennent leur souffle, tout en commençant à intégrer l'éventualité d'une sortie de la Grèce de la zone euro'.

Autant dire que les déclarations d'officiels européens de la veille, selon lesquelles la sortie de la Grèce 'n'est pas une option', n'ont pas convaincu. Les tensions devraient donc perdurer. Du côté statistique, si le PIB est resté atone en France et dans l'ensemble de la zone euro, la croissance a redémarré en Allemagne avec une progression de 0,5%, soit nettement plus que prévu par les économistes (+0,1% en moyenne).

'Après ce début d'année solide, nous sommes davantage optimistes pour la croissance sur l'ensemble de l'année, avec une progression attendue à un peu plus de 1% en Allemagne', commente un économiste de Natixis.

Cependant, l'indice ZEW du sentiment économique en Allemagne est ressorti en retrait de 12,6 points à 10,8 ce mois-ci, marquant ainsi un arrêt après cinq mois consécutifs de progression. 'Au vu de la récession dans certains pays à problèmes de la zone euro, il est important de poursuivre les mesures d'austérité avec jugement. La croissance et la consolidation budgétaire ne sont pas contradictoires', juge Wolfgang Franz, le président de l'institut ZEW.

Tout à l'heure aux États-Unis, les marchés seront attentifs à l'indice des prix à la consommation, à l'indice Empire State de la Fed de New York et aux ventes de détail, puis prendront connaissance des stocks des entreprises.

Notons que le nouveau président français, François Hollande, qui a été investi ce matin, doit rencontrer la chancelière allemande Angela Merkel ce soir.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...