Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Violente charge de Vladimir Poutine contre les Etats-Unis

Marché : Violente charge de Vladimir Poutine contre les Etats-Unis

Marché : Violente charge de Vladimir Poutine contre les Etats-UnisMarché : Violente charge de Vladimir Poutine contre les Etats-Unis

LAURA Russie (Reuters) - Vladimir Poutine s'est livré vendredi à une violente charge contre les Etats-Unis, qu'il a accusés de menacer la sécurité internationale en voulant imposer au monde un "diktat unilatéral".

Le président russe a également imputé aux Occidentaux la responsabilité de la crise en Ukraine, pour avoir préféré en février dernier un "coup d'Etat" à Kiev plutôt qu'un "dialogue civilisé" avec Moscou.

Dans un discours de 40 minutes lors du forum annuel du "Club de discussion Valdaï" qui réunissait experts russes et étrangers à Laura, près de Sotchi, Vladimir Poutine a démenti vouloir reconstituer l'ancien empire soviétique au détriment des pays voisins de la Russie.

Il a au contraire accusé les Etats-Unis de vouloir "refaire le monde" selon leurs seuls intérêts.

"Il n'y a aucune raison de dire que la Russie cherche à recréer une sorte d'empire, qu'elle empiète sur la souveraineté de ses voisins", a-t-il lancé, le visage grave.

Il a rappelé les conflits en Irak, en Libye et en Syrie, en demandant à son auditoire si la politique de Washington avait ainsi renforcé la démocratie et la paix. "Non ! Le diktat unilatéral, la volonté d'imposer (à tous) ses propres règles ont l'effet exactement inverse !"

C'est l'un des discours les plus violemment hostiles à l'Occident jamais prononcé par Vladimir Poutine. En 2007, à Munich, il avait déjà dénoncé la vision "unipolaire" du monde des Américains.

A propos de l'Ukraine, il a une nouvelle fois accusé les gouvernements occidentaux d'avoir aidé les insurgés de Maïdan, en février dernier, à mener un "coup d'Etat" qui a chassé du pouvoir le président Viktor Ianoukovitch.

"Personne n'a voulu nous écouter, personne n'a voulu nous parler", a-t-il déploré.

"Au lieu d'engager un dialogue certes difficile mais - je le souligne - civilisé, ils ont provoqué un coup d'Etat. Ils ont jeté le pays dans le chaos, provoqué son effondrement économique et social et une guerre civile qui a entraîné des pertes énormes."

Evoquant les sanctions américaines et européennes contre son pays, il a lancé : "La Russie ne va rien demander à personne. La Russie se suffit à elle-même".

(Alexei Anishchuk avec Lidia Kelly, Vladimir Soldatkin, Alexander Winning, Jason Bush et Gabriela Baczynska, Guy Kerivel pour le service français)

Copyright © 2014 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...