Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Unilever fait mieux que prévu en 2015, 2016 sera plus difficile

Marché : Unilever fait mieux que prévu en 2015, 2016 sera plus difficile

Marché : Unilever fait mieux que prévu en 2015, 2016 sera plus difficileMarché : Unilever fait mieux que prévu en 2015, 2016 sera plus difficile

LONDRES (Reuters) - Unilever a dit mardi se préparer à un durcissement des conditions de marché cette année, qui promet une nouvelle fois d'être marquée par une certaine volatilité, l'exercice 2015 s'étant soldé pour le géant anglo-néerlandais de produits de consommation courante par des ventes meilleures que prévu.

De ce fait, vers 09h15 GMT, le titre du propriétaire de marques telles que Knorr, Lipton ou encore Dove, progressait de 1,74% à 28,925 livres à la Bourse de Londres et de 2,95% à 38,585 euros à Amsterdam, faisant légèrement mieux que des marchés actions en forte hausse dans toute l'Europe.

Sur l'ensemble de 2015, le chiffre d'affaires a progressé de 10%, à 53,3 milliards d'euros, à la faveur notamment d'un effet de change favorable. A taux de change et périmètre constants, les ventes d'Unilever ont augmenté de 4,1% l'année dernière, contre une hausse de 3,9% anticipée en moyenne par les analystes financiers.

Graeme Pitkethly, directeur financier du groupe, a noté que sur le seul quatrième trimestre, la croissance organique avait été de 4,9% contre un consensus de 4,1%.

"Les marchés émergents ont affiché une hausse de 7,1%, avec un retour des volumes assez vigoureux", a-t-il dit lors d'un entretien.

Il a ajouté que les incertitudes économiques actuelles rendaient mal aisées les prévisions pour 2016.

"D'après notre meilleure estimation, nous prévoyons une croissance comprise entre 3% et 5% (...)", a noté Graeme Pitkethly.

Pour Unilever, l'année 2015 représente une amélioration par rapport à 2014, qui avait été marquée par un ralentissement économique de marchés émergents tels que la Chine.

L'excédent brut d'exploitation du groupe a augmenté de 900 millions d'euros en 2015, à 7,9 milliards d'euros, ce qui est globalement conforme aux prévisions des analystes.

(Paul Sandle; Bertrand Boucey et Benoît Van Overstraeten pour le service français)

Copyright © 2016 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...