Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Une relance par la dette en Chine jugée dangereuse

Marché : Une relance par la dette en Chine jugée dangereuse

Marché : Une relance par la dette en Chine jugée dangereuseMarché : Une relance par la dette en Chine jugée dangereuse

SHANGHAI/PEKIN (Reuters) - La Chine s'exposerait au risque d'une crise financière, voire d'une récession, si le gouvernement compte trop sur une politique de relance financée par la dette, écrit lundi le Quotidien du Peuple en citant une "source autorisée".

Une croissance excessive du crédit pourrait augmenter les risques et déclencher une crise financière si elle n'est pas bien contrôlée, explique cette personne qualifiée dans l'interview publiée sous forme de questions-réponses par l'organe du Parti communiste chinois.

"Les arbres ne montent pas au ciel. Un endettement élevé entraînera inévitablement des risques élevés, qui pourraient conduire à une crise financière systémique, une croissance économique négative et même menacer l'épargne de tout à chacun", a dit la personne en réponse à une question sur le bien-fondé d'une politique de relance.

"Nous devrions complètement abandonner l'illusion de réduire l'endettement en assouplissant les conditions monétaires pour stimuler la croissance."

Le Quotidien du Peuple a déjà par le passé donné la parole à des personnes faisant autorité, sans les identifier, pour communiquer sur la politique économique du gouvernement.

Le gouvernement doit réduire les risques sur les marchés, qu'il s'agisse de la Bourse, du marché des changes, de celui de la dette ou de l'immobilier, et aussi dans le secteur bancaire, explique la personne citée.

La tendance de la croissance adoptera un profil en "L" au cours des prochaines années plutôt qu'en "U", et certainement pas en "V", du fait d'une faible demande et de surcapacités, ajoute le journal.

Même sans stimulus, la croissance chinoise ne s'effondrera pas compte tenu de son potentiel et de sa résilience, souligne-t-il.

La croissance de la deuxième économie mondiale a ralenti à 6,7% au premier trimestre, son plus bas niveau depuis la crise financière, mais l'activité s'est reprise en mars après une série de mesures de l'Etat, qui a notamment accéléré les investissements dans les infrastructures grâce à l'octroi de crédits bancaires.

Des responsables chinois et les médias officiels ont depuis tenu un discours confiant sur l'économie afin de rassurer les investisseurs après les turbulences du début de l'année en Bourse et sur le marché des changes.

Mais l'interview du Quotidien du Peuple souligne la persistance de problèmes structurels, laissant entendre que le basculement de l'économie chinoise vers un modèle tiré par la consommation sera un processus long.

(Samuel Shen, Pete Sweeney et Kevin Yao, Véronique Tison pour le service français)

Copyright © 2016 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...