Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Une cession permet à Novartis de battre le consensus

Marché : Une cession permet à Novartis de battre le consensus

Marché : Une cession permet à Novartis de faire mieux que le consensusMarché : Une cession permet à Novartis de faire mieux que le consensus

ZURICH (Reuters) - Deux jours après avoir annoncé une refonte radicale de sa structure, le groupe pharmaceutique suisse Novartis a publié un bénéfice supérieur au consensus au premier trimestre, grâce à un bénéfice exceptionnel tiré de la cession de sa filiale de diagnostics des transfusions sanguines.

Novartis a fait état jeudi d'un bénéfice net en hausse de 24% à 2,968 milliards de dollars (2,2 milliards d'euros), supérieur au consensus Reuters le donnant à 2,7 milliards. Le laboratoire a réalisé une plus-value avant impôt de 900 millions de dollars consécutive à la cession de la filiale à l'espagnol Grifols en novembre.

Le chiffre d'affaires net a augmenté de 1% à 14,022 milliards de dollars, inférieur cette fois-ci au consensus le donnant à 14,246 milliards.

Novartis a annoncé mardi dernier une profonde refonte de ses activités en échangeant certains actifs avec le britannique GlaxoSmithKline et en vendant sa division de santé animale à l'américain Eli Lilly, des opérations représentant un montant total de 27 milliards de dollars (20 milliards d'euros). (voir)

Le C.A. de la division pharmacie a diminué de 1%, affecté par la concurrence des génériques en particulier sur le Zometa, un traitement des complications osseuses, et par un ralentissement des ventes du traitement de la leucémie Glivec aux Etats-Unis.

Novartis compte sur de nouveaux médicaments, comme le traitement de la sclérose en plaques Gilenya et le traitement oncologique Afinitor, pour faire croître son C.A. et ses bénéfices en dépit de la prochaine tombée dans le domaine public du Glivec.

Les ventes de ses "produits de croissance" ont ainsi augmenté de 17% à 3,2 milliards de dollars.

Novartis a confirmé ses prévision de 2014, soit une croissance du C.A. net à un chiffre "entre le bas et le milieu de la fourchette" et un résultat opérationnel "core" qui "devrait connaître une progression plus forte que celle des ventes".

(Caroline Copley, Wilfrid Exbrayat pour le service français)

Copyright © 2014 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...