Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Un ministre grec met en garde contre un éclatement de la zone euro

Marché : Un ministre grec met en garde contre un éclatement de la zone euro

Marché : Un ministre grec met en garde contre un éclatement de la zone euroMarché : Un ministre grec met en garde contre un éclatement de la zone euro

BERLIN (Reuters) - Si la Grèce sort de la zone euro, l'Espagne et l'Italie finiront par en faire de même, met en garde le ministre grec de la Défense dans une interview accordée au journal allemand Bild.

"Si la Grèce explose, l'Espagne et l'Italie seront les prochaines puis au bout d'un moment l'Allemagne. Il nous faut donc trouver une issue au sein de la zone euro mais cette issue ne peut pas être que la Grèce continue de devoir payer", dit Panos Kammenos.

Ce dernier est le chef de file des Grecs indépendants. Cette formation de droite souverainiste est alliée au sein du gouvernement grec au parti de gauche radicale Syriza, qui a remporté en janvier les élections législatives sur la promesse de mettre fin à la politique d'austérité exigée par les autres pays de la zone euro en échange de la poursuite du versement d'une aide financière internationale.

Panos Kammenos assure que la Grèce n'a pas besoin d'un troisième plan d'aide mais plutôt d'une "décote comme celle dont a bénéficié l'Allemagne en 1953 à la conférence de Londres sur la dette".

Première puissance économique de la zone euro, l'Allemagne, en premier lieu son ministre des Finances Wolfgang Schäuble, est en pointe pour exiger que le nouveau gouvernement à Athènes respecte les engagements pris par ses prédécesseurs et poursuive dans la voie de la libéralisation de l'économie grecque et de l'austérité budgétaire pour réduire sa dette.

Athènes et Berlin sont ainsi engagés dans une joute verbale et la Grèce a officiellement protesté auprès du ministère allemand des Affaires étrangères pour des propos jugés insultants de la part de Wolfgang Schäuble à l'égard de son homologue grec Yanis Varoufakis. Wolfgang Schäuble dément avoir tenu les propos que lui attribuent des médias grecs au sujet de Yanis Varoufakis, qu'il aurait jugé "stupidement naïf".

LES SANCTIONS CONTRE LA RUSSIE DANS LA BALANCE

Au sujet du ministre allemand des Finances, Panos Kammenos déclare, selon Bild: "Je ne comprends pas pourquoi il s'en prend à la Grèce tous les jours avec de nouvelles déclarations. C'est comme une guerre psychologique et Schäuble empoisonne la relation entre les deux pays de cette manière."

Selon lui, Wolfgang Schäuble doit composer avec le nouveau gouvernement grec car ce dernier est l'émanation du peuple grec.

Panos Kammenos accuse l'Allemagne d'ingérence dans les affaires intérieures de la Grèce et ajoute: "J'ai le sentiment que le gouvernement allemand essaie de nous coincer et que certains veulent vraiment nous pousser en dehors de la zone euro."

Le gouvernement grec a relancé cette semaine sa campagne pour obtenir des réparations de guerre de l'Allemagne pour l'occupation de la Grèce par les nazis entre 1941 et 1944. L'Allemagne exclut de rouvrir ce dossier, qui, selon elle, a été définitivement réglé il y a des décennies.

Dans son interview à Bild, Panos Kammenos insiste sur cette demande de réparations: "L'or que les nazis ont pris à Athènes et emporté à Berlin valait beaucoup d'argent. Nous attendons une indemnisation pour cela et aussi pour le prêt forcé et la destruction de statues antiques."

Il prévient en outre que la Grèce, porte d'entrée de l'Union européenne pour nombre d'immigrés, pourrait cesser d'accueillir des réfugiés en cas de sortie forcée de la zone euro.

"Plus aucun accord ne serait valide, plus aucun traité, rien. Nous ne serions plus contraints d'accepter les réfugiés en tant que pays d'entrée. Quiconque souhaite nous pousser hors de la zone euro devrait avoir conscience de cela", dit le chef des Grecs indépendants.

Il souligne aussi que la Grèce perd de l'argent avec les sanctions de l'Union européenne contre la Russie en raison de la crise en Ukraine. A ce titre, l'UE devrait verser des indemnités à la Grèce, dit-il. "Sinon, nous ne pouvons pas et ne voulons pas participer à des sanctions contre la Russie, qui ne font que nuire à notre économie", prévient-il.

(Michelle Martin; Bertrand Boucey pour le service français)

Copyright © 2015 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...