Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Un gérant confiant dans la croissance américaine

Marché : Un gérant confiant dans la croissance américaine

tradingsat

(CercleFinance.com) - Lors d'une réunion organisée ce matin à Paris, CPR Asset Management s'est montré confiant quant à la croissance américaine cette année. Philippe Weber, responsable des études économiques de ce gestionnaire d'actifs filiale d'Amundi, a présenté sa vision de la conjoncture des Etats-Unis. La politique monétaire de la Fed, qui ne devrait pas connaître d'inflexion en 2013, a selon lui porté ses fruits et contribuera à soutenir la tendance.

En effet, le regain d'inquiétude causé en début d'année par les atermoiements budgétaires fédéraux semble maintenant digéré et selon la propre expression de Ph. Weber, la “falaise budgétaire” ressemble finalement à une “colline”, étant donné son importance relativement au PIB de la 1ère économie mondiale.

L'indicateur “maison” de CPR AM mesurant la probabilité d'une récession aux Etats-Unis demeure d'ailleurs à un niveau des plus bas.
De plus, la politique monétaire accommodante menée par la Réserve fédérale américaine a joué un rôle certain, notamment la dernière vague de rachats d'actifs entamée par la banque centrale US lors du 3ème trimestre 2012, qu'il agisse d'obligations fédérales ou de créances hypothécaires titrisées.

Selon CPR AM, et après de vives inquiétudes à ce sujet en début d'année, il est des plus probables que la Fed ne changera pas son fusil d'épaule d'ici la fin de l'année. D'ailleurs, les “colombes” (partisans d'une politique monétaire expansionniste, par opposition aux “faucons”) dominent au sein du FOMC, le comité de politique monétaire de la Fed.

L'un des effets les plus sensibles des QE peut être observé du côté de l'immobilier américain, qui avait fait l'objet d'une bulle dont l'éclatement fut l'élément déclencheur de la crise de 2007/2008. Comme la Fed le souhaitait, les taux hypothécaires US sont tombés à de très bas niveaux, ce qui a permis aux défauts de paiements des ménages sur leurs crédits immobiliers de baisser, a réduit les charges financières des emprunts en cours et a donné de meilleures conditions de crédit aux nouveaux acheteurs. Après leur effondrement, les mises en chantier de logements sont ainsi reparties en forte hausse.

Bref, le marché immobilier US a bel et bien redémarré, au point que les stocks de logements neufs sont tombés à leur plus bas niveau historique, ceux de logements anciens étant revenus à leur niveau de 1999.

Les prix immobiliers US ont aussi retrouvé le chemin la hausse. S'ils restent loin de leurs records passés, le rythme de leur augmentation (de l'ordre de 10% sur un an) semble toutefois un peu élevé à Philippe Weber, qui serait plus à l'aise avec une progression plus modérée.

La politique de la Fed a aussi tiré vers le haut des prix des actifs financiers, dont ceux des actions, ce qui concourt à un “effet de richesse” pour les ménages propre à renforcer leur confiance et leur consommation.

Enfin, l'excès de dette du secteur privé américain a été sensiblement réduit depuis son plus haut niveau, ce qui contribue à une conjoncture plus saine.

Reste cependant quelques points noirs, dont le taux de chômage qui reste historiquement élevé pour les Etats-Unis (7,7% en février), et dont la baisse est plus lente que lors des reprises précédente. Notons aussi que chômage de longue durée demeure à son sommet depuis la fin de la Seconde guerre mondiale.

Selon ses prévisions fournies le 20 mars dernier, la Fed table en moyenne sur une croissance du PIB américain de 2,5% cette année, puis de 3,1% en 2014.

De son côté, le FMI, dans la dernière édition de ses prévisions datant de janvier, tablait sur une croissance mondiale de 3,5% en 2013 et de 4,1% en 2014, avec des taux respectifs de 2 et 3% pour les Etats-Unis.


Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...