Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Toshiba déprécie lourdement sa filiale nucléaire Westinghouse

Marché : Toshiba déprécie lourdement sa filiale nucléaire Westinghouse

tradingsat

TOKYO (Reuters) - Toshiba a annoncé mardi avoir déprécié la valeur de sa filiale nucléaire Westinghouse de 260 milliards de yens (2,3 milliards de dollars ou 2,1 milliards d'euros) sur l'année écoulée, une mesure qui était attendue et qui doit aider le groupe industriel japonais à tourner la page d'un important scandale comptable.

La dépréciation constitue une volte-face pour Toshiba qui a longtemps refusé de déprécier les 330 milliards de yens de survaleurs sur Westinghouse en dépit de la détérioration de l'activité nucléaire depuis le désastre de Fukushima en 2011. Le conglomérat avait acquis Westinghouse en 2006 pour 5,4 milliards de dollars.

L'inquiétude des investisseurs sur la valeur de l'activité nucléaire est l'une des principales explications à l'absence de rebond de l'action Toshiba depuis le scandale comptable portant sur 1,3 milliard de dollars qui a secoué le groupe l'année dernière.

Le titre a clôturé en baisse de 1,67% à 241,9 yens mardi à la Bourse de Tokyo et vaut toujours moitié moins que son niveau d'avant le scandale.

Toshiba a expliqué son revirement par sa moindre capacité à financer des projets nucléaires par endettement après le scandale qui a conduit à une vaste restructuration et à une série de dégradations par les agences de notation.

Le directeur général Masashi Muromachi a réfuté l'idée selon laquelle la division nucléaire serait en difficulté.

"Indépendamment de la dépréciation, l'activité nucléaire progresse comme prévu", a-t-il dit lors d'une conférence de presse.

Malgré la charge pour dépréciation, Toshiba a revu à la hausse son estimation de résultat pour l'exercice clos en mars, grâce à un produit avant impôt de 590 milliards de yens réalisé sur la vente de sa division d'équipements médicaux à Canon.

Le conglomérat anticipe désormais une perte nette de 470 milliards de yens au titre de l'exercice 2015-2016, au lieu de la perte de 710 milliards estimée auparavant.

Toshiba est par ailleurs dans la phase finale des discussions en vue de remplacer Muromachi, arrivé à la tête du groupe en juillet dernier, après la démission de son prédécesseur et de nombreux autres dirigeants emportés par le scandale comptable.

"Le comité des nominations discute actuellement du choix du directeur général", a déclaré Masashi Muromachi, ajoutant qu'une décision serait sans doute prise début mai.

Une source au fait du dossier a dit à Reuters que l'un des trois vice-présidents, Satoshi Tsunakawa, faisait figure de favori, soulignant qu'il n'avait pas été éclaboussé par le scandale comptable.

(Makiko Yamazaki, Véronique Tison et Marc Joanny pour le service français)

Copyright © 2016 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...