Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Timide retour de la croissance en zone euro au 3e trimestre

Marché : Timide retour de la croissance en zone euro au 3e trimestre

Marché : Timide retour de la croissance en zone euro au 3e trimestreMarché : Timide retour de la croissance en zone euro au 3e trimestre

par Andy Bruce

LONDRES (Reuters) - La zone euro renouera avec une croissance timide au second semestre mais les économistes n'attendent pas de rebond soutenu de l'activité avant 2015 au moins, selon une enquête Reuters publiée mardi.

La zone euro est en récession depuis la fin 2011 et son produit intérieur brut (PIB) s'est probablement encore contracté de 0,1% au premier trimestre, selon les prévisions des économistes. Le chiffre préliminaire sera publié mercredi.

Les 65 experts interrogés cette semaine prévoient ensuite une stagnation au deuxième trimestre, puis une croissance de 0,2% lors des trimestres suivants. Mais avec l'austérité ambiante et le chômage à des niveaux historiques, ils n'attendent pas de reprise véritable avant 2015, d'autant que les principaux pays de la zone monétaire cachent mal leurs divisions sur la politique à suivre.

"Les perspectives pour la zone euro sont maussades", dit Tatiana Fic, à l'Institut national de recherche économique et sociale au Royaume-Uni.

"Des divergences persistent parmi les pays de la zone euro. On attend une nouvelle contraction cette année en Grèce, en Italie, au Portugal et en Espagne, tandis que l'Autriche, la Belgique, l'Irlande et l'Allemagne devraient enregistrer des taux de croissance modestement positifs."

QUE FERA LA BCE ?

Le sentiment des investisseurs en Allemagne pointe vers une reprise timide qui devrait bénéficier à l'ensemble de la zone, selon l'enquête mensuelle de l'institut ZEW publiée mardi.

Mais dans les autres pays, l'austérité et les conditions de crédit difficiles continueront de freiner l'activité.

"Cela est particulièrement vrai pour les pays périphériques du Sud", observe Howard Archer, chez IHS Global Insight à Londres. "Il faut s'attendre à ce que la contraction prolongée de l'Italie et de l'Espagne pèse sur le PIB de l'ensemble de la zone euro en 2013."

Dans ce contexte, les spéculations vont bon train sur ce que la Banque centrale européenne pourra faire de plus pour la croissance après avoir abaissé à 0,5% son principal taux directeur, le taux de refinancement, le 2 mai dernier.

Certains responsables de la BCE ont évoqué la possibilité de ramener le taux des dépôts sous zéro, moyen censé inciter les banques à prêter leur argent puisque le placer à la banque centrale leur coûterait désormais.

Une majorité d'économistes jugent cependant cette solution peu probable.

Quel que soit le choix de la BCE, l'inflation ne sera pas un obstacle. Les économistes s'attendent à ce que le taux d'inflation reste confortablement sous l'objectif de 2% de la BCE jusqu'à 2015 au moins.

Sur les 40 experts ayant répondu sur ce point, seuls cinq ont dit prévoir un taux d'inflation de plus de 2% lors d'un trimestre ou l'autre d'ici la fin 2014.

Enquête réalisée par Sarmista Sen et Hari Kishan, Véronique Tison pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Copyright © 2013 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...