Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Tesla vante son projet de rachat de SolarCity, le marché doute

Marché : Tesla vante son projet de rachat de SolarCity, le marché doute

Marché : Tesla vante son projet de rachat de SolarCity, le marché douteMarché : Tesla vante son projet de rachat de SolarCity, le marché doute

(Reuters) - Le PDG de Tesla Motors, Elon Musk, a assuré mercredi que le rachat du spécialiste des panneaux solaires SolarCity permettrait à son groupe d'atteindre une valorisation boursière de 1.000 milliards de dollars, sans convaincre les investisseurs du bien-fondé du projet.

L'action du constructeur de voitures électriques chutait de 7,4% en début de séance sur le Nasdaq, amputant sa capitalisation de plus de 2,4 milliards de dollars, soit pratiquement le montant offert pour SolarCity, dont le titre prenait 8,4%.

Elon Musk, actionnaire de premier plan de chacune des deux sociétés (il détient 19% de Tesla et 22% de SolarCity) et cousin du PDG de SolarCity, Lyndon Rive, a assuré lors d'une téléconférence avec des analystes financiers que l'opération était justifiée sur un plan stratégique.

"Je n'ai aucun doute là-dessus", a-t-il dit. "On aurait dû le faire plus tôt."

Brian Johnson, analyste en charge du secteur automobile chez Barclays, s'est montré nettement plus dubitatif dans une note aux clients de la banque, estimant que le projet de rapprochement avait "peu de choses à voir avec les synergies (et) beaucoup à voir avec la consommation de trésorerie".

"Il est de plus en plus clair que Tesla aura besoin de lever des liquidités supplémentaires" pour poursuivre son développement dans la voiture électrique et la production de batteries, a-t-il ajouté.

LES ANALYSTES DOUTENT DE L'OPPORTUNITÉ DU PROJET

Si, pour Elon Musk, le rapprochement entre les panneaux solaires de SolarCity et les activités de Tesla (voitures électriques et batteries domestiques) représente "ce dont le monde a besoin, la solution ultime", les analystes se montrent moins convaincus.

"Même si nous ne doutons pas que certains clients seront intéressés par des véhicules électriques et des produits de stockage tout comme par du solaire, nous ne souscrivons pas pour autant à l'idée que cela représente une opportunité significative en terme de ventes croisées, particulièrement en ce moment", écrit ainsi Joseph Spak, de RBC Capital Markets.

D'autres investisseurs craignent pour leur part que le rachat n'exacerbe les problèmes de trésorerie des deux sociétés.

SolarCity devrait consommer 400 millions de dollars de liquidités l'an prochain et afficher une perte ajustée de près d'un milliard, selon le consensus cité par les analystes de Pacific Crest dans une note.

De son côté, Tesla, qui a annoncé un projet de développement ambitieux en vue du lancement de sa future berline Model 3, est déjà endetté à hauteur de 2,5 milliards et a vendu le mois dernier pour 1,7 milliard d'actions nouvelles.

Tesla, créé en 2003, attend toujours d'être rentable et SolarCity, en Bourse depuis 2012, n'a jamais publié de bénéfice annuel.

Pour les analystes de Barclays, leur rapprochement devrait donc amplifier leur consommation de trésorerie et leurs pertes.

Des arguments rejetés par Elon Musk, qui assure que les deux sociétés généreront des flux de trésorerie positifs d'ici la fin de l'année et que SolarCity n'aura aucun impact notable sur les besoins de liquidités de Tesla.

(Supantha Mukherjee et Narottam Medhora à Bangalore, Paul Lienert à Detroit; Marc Angrand pour le service français)

Copyright © 2016 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...