Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Se remet de son vent de panique de la veille

Marché : Se remet de son vent de panique de la veille

tradingsat

(CercleFinance.com) - Les marchés européens reprennent leurs esprits au lendemain du vent de panique généré par le durcissement annoncé de politique monétaire de la Fed, durcissement dont certains analystes veulent tempérer la portée.

Paris et Zurich rebondissent de 0,9%, Lisbonne de 0,8%, Bruxelles de 0,7%, tandis que Milan regagne 0,6%, Londres 0,5%, Francfort et Amsterdam 0,4%, et Madrid 0,2%. Wall Street a pourtant dévissé de 2,3% la veille.

'La perspective d'un allégement du soutien de la Fed n'a pas été bien accueillie par les marchés, cette politique ayant largement contribué au rebond des marchés depuis le début de l'année', rappelle-t-on chez Saxo Banque.

'Anxiogène pour les investisseurs, le virage de la Fed n'en reste pas moins cohérent', estime Fabrice Cousté, chez CMC Markets France. 'Une économie qui va mieux ne nécessite plus de perfusion monétaire', rappelle-t-il.

De son côté, Aurel BGC souligne qu'il n'y aura pas de 'reprise' de liquidités. 'La taille portefeuille obligataire sera maintenue. La banque centrale achètera encore sur les marchés au fur et à mesure que ses titres arriveront à maturité', précise le bureau d'études.

Marquée par les 'quatre sorcières' (expiration de plusieurs catégories de futures et d'options), l'après-midi s'annonce en revanche calme sur le plan statistique, puisqu'aucun indicateur majeur ne figure à l'agenda du jour, ni en Europe ni aux Etats-Unis.

On notera seulement que dans une note de conjoncture, l'Insee estime que la situation sur le marché du travail en France continuerait de se détériorer d'ici fin 2013, en l'absence de franche accélération de l'activité économique.

'Les freins resteraient en effet importants, la demande intérieure manquant de tonus tout au long de l'année. En outre, les dépenses de consommation des administrations ralentiraient', explique l'institut de statistiques.

Côté valeurs, SAP (-2% à 55,5 euros à Francfort) et Capgemini (-0,9% à 38,1 euros à Paris) pâtissent de la publication par Oracle de revenus trimestriels décevants, grevés par une chute des ventes de serveurs et une quasi-atonie de celles de nouvelles licences.

Ryanair grimpe de 4% à 7,3 euros à Londres, aidé Crédit Suisse qui réaffirme une opinion 'surperformance' et relève sa cible de 7,70 à 8,75 euros, soulignant les perspectives affichées par la compagnie irlandaise à bas coûts lors d'une réunion investisseurs.

Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...