Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Recul du bénéfice net de Commerzbank mais bond du titre

Marché : Recul du bénéfice net de Commerzbank mais bond du titre

Marché : Commerzbank fait moins bien que prévu au 2e trimestreMarché : Commerzbank fait moins bien que prévu au 2e trimestre

par Arno Schuetze et Edward Taylor

FRANCFORT (Reuters) - Commerzbank a fait état jeudi d'un recul de son bénéfice net trimestriel et de nouvelles provisions pour créances douteuses en 2013, la deuxième banque allemande ayant pâti du ralentissement de l'économie européenne et d'un environnement caractérisé par le niveau bas des taux d'intérêt.

Mais, malgré ces résultats inférieurs aux attentes, l'action Commerzbank s'envolait de près de 13% vers 15h00, à 7,48 euros, affichant de loin la plus forte hausse de l'indice Euro Stoxx 600, les intervenants de marché semblant reprendre confiance dans la capacité de la banque à assainir son bilan.

Selon des traders, la forte hausse observée jeudi s'explique également par des ventes à découvert effectuées par un certain nombre d'opérateurs pariant sur une baisse et qui se sont retrouvés contraints de récupérer les titres afférents au prix fort.

L'action de la banque allemande a toutefois nettement sous-performé cette année, affichant une baisse de 31% alors que le Dax prenait 19% et que le Stoxx 600 prenait 0,9% sur la même période.

Sur les trois mois à fin juin, le résultat net est ressorti à 43 millions d'euros, alors que des spécialistes de marché interrogés par Reuters avaient anticipé 65 millions.

"La mise en oeuvre de mesures stratégiques se déroule comme prévu, voire, dans certaines domaines, avec un peu d'avance sur le calendrier. Les revenus avant provisions pour pertes sur prêts se sont stabilisé au deuxième trimestre", a déclaré Martin Blessing, président du directoire, dans un communiqué.

"Pour Commerzbank, chaque petit point positif est accueilli avec soulagement", ajoute un trader à Francfort, tandis qu'un analyste parisien estime que le marché salue surtout les "perspectives de réduction des actifs à risque de la banque".

"Les chiffres sont globalement conformes à nos attentes avec deux exceptions: des résultats sensiblement meilleurs dans la banque d'investissement et plus mauvais pour Mittelstandbank", souligne l'analyste de LBNW Ingo Grommen.

HAUSSE DES RÉSULTATS DANS LA BANQUE D'INVESTISSEMENT

Mittelstandbank, division spécialisée dans le crédit au PME, a vu son résultat opérationnel baisser à 216 millions d'euros sur le trimestre, contre 386 millions pour la même période de l'an dernier.

Une hausse des résultats de la banque d'investissement a évité à la banque de voir ses comptes passer dans le rouge.

Commerzbank n'a pas fixé d'objectif sur ses résultats 2013, réaffirmant que ce serait une année de transition.

"Avec la contraction du portefeuille et l'environnement de taux bas, les revenus avant provisions pour créances douteuses devraient rester sous pression", a noté le directeur financier Stephan Engels.

Les résultats de la banque de détail ont légèrement augmenté, mais la perte de la division chargée des actifs non stratégiques s'est creusée, Commerzbank ayant passé des provisions sur son exposition à la dette publique, y compris sur les obligations de la ville américaine de Detroit, qui a demandé la protection de la loi sur les faillites.

Stephan Engels a précisé que les provisions passées sur ce dossier étaient suffisantes, sans en préciser le montant. L'exposition de la banque aux villes et municipalités américaines s'élève à 2,6 milliards d'euros, a-t-il ajouté

La banque basée à Francfort a reçu en 2009 une aide publique de 18 milliards dans la foulée de sa fusion désastreuse avec Dresdner Bank en 2009. Elle est désormais confrontée à la crise de la dette grecque à laquelle elle s'était fortement exposée et qui lui a coûté de lourdes dépréciations.

L'aide apportée par Berlin se matérialise dans la participation de 17% détenue par l'Etat fédéral dans Commerzbank.

La vaste restructuration qu'elle a entreprise en est à mi-chemin. Dans ce cadre, il est prévu qu'elle se sépare de 5.200 de ses 45.000 salariés.

Benoît Van Overstraeten, Juliette Rouillon et Nicolas Delame pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Copyright © 2013 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...