Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Recul de l'euro contre le dollar cette semaine

Marché : Recul de l'euro contre le dollar cette semaine

tradingsat

(CercleFinance.com) - Après avoir culminé mercredi à 1,3418, la paire de devises euro/dollar continuait de s'effriter en cette fin de semaine après que Ben Bernanke, président de la Fed, ait annoncé mercredi un tournant pour la politique monétaire américaine. Vendredi vers 13 heures, l'euro se tasse encore de 0,06% à 1,3221 dollar, sans pouvoir se remettre des baisses de 0,78% puis de 0,50% subies lors des deux séances précédentes. Il est donc bien parti pour terminer la semaine sur une baisse de l'ordre de 1%.

'Anxiogène pour les investisseurs, le virage de la Fed n'en reste pas moins cohérent', estime Fabrice Cousté, chez CMC Markets France. 'Une économie qui va mieux ne nécessite plus de perfusion monétaire', rappelle-t-il.

En attendant, les conséquences financières de cette future décision américaine suscitent bien des craintes. Un cambiste nord-européen s'inquiète des conséquences pour le dollar de la clôture sous les 1.600 points, hier soir, de l'indice large d'actions américain S&P 500 : 'le S&P 500 est sorti par le bas du canal de tendance haussier dans lequel il évoluait depuis que Ben Bernanke a lancé des rachats d'actifs illimités', c'est-à-dire à l'automne 2012, rapporte ce spécialiste.

'Techniquement, cette cassure est une mauvaise nouvelles pour les devises en ce qu'elle induit un regain d'aversion au risque sur les marchés financiers', ajoute le cambiste. Selon ce spécialiste, si la tendance baissière des actions continue, 'nous pouvons nous attendre à des achats croissants de devises refuge' comme le dollar, le sterling, le franc suisse et le yen.

Les cambistes de Société Générale reviennent eux aussi sur une semaine riche en évènements des points de vue macroéconomique et monétaire. En résumé, ils misent sur le retour en force du “King Dollar” : son président Ben Bernanke a effectivement confirmé que la réduction des rachats d'achats d'actifs que la Fed mène, à raison de 85 milliards de dollars par mois et pour un montant illimité, s'annonce d'ici la fin de l'année. Leur arrêt total devrait intervenir mi-2014, si les indicateurs économiques continuent sur la tendance actuelle. Et cela change tout.

Les spécialistes estiment que cet évènement - et le calendrier finalement assez précis fourni par Ben Bernanke - 'a posé les jalons d'un changement du régime monétaire aux Etats-Unis'.

'Depuis fin 2008, le dollar américain est pénalisé par les programmes répétés de rachats d'actifs (les fameux QE, ndlr)', rappelle Société Générale. Or 'le changement de posture de la Fed, combiné avec les rachats de la Banque du Japon et la nécessité pour la BCE de rester accommodante, voire de le devenir plus encore, met en exergue la divergence monétaire croissante au sein des dix premières économies mondiales', indique une note.

Selon Société Générale, cette tendance devrait continuer de renforcer la valeur relative du dollar, d'autant que ce mouvement entraîne des réallocations de capitaux, et notamment des sorties depuis les pays émergents.

'Le processus de réappréciation de la politique monétaire américaine a encore un long chemin à parcourir avant que d'arriver à destination', juge finalement Société Générale. Les cambistes suggèrent de jouer ce mouvement en visant l'objectif de 1,2600 dollar l'euro, tout en plaçant un stop de protection à 1,3650.

Face au yen, l'euro gagne ce midi 0,19% à 128,99, 0,09% contre le sterling à 0,8538 et demeure stable face au franc suisse à 1,2267.

Rares sont les statistiques publiées ce matin en Europe, quand aux Etats-Unis aucune annonce majeure n'est attendue cet après-midi des Etats-Unis.

On notera seulement que dans une note de conjoncture, l'Insee estime que la situation sur le marché du travail en France continuerait de se détériorer d'ici fin 2013, en l'absence de franche accélération de l'activité économique. 'Les freins resteraient en effet importants, la demande intérieure manquant de tonus tout au long de l'année. En outre, les dépenses de consommation des administrations ralentiraient', explique l'institut de statistiques.


Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...