Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Possible contraction de l'économie allemande au 4e trimestre

Marché : Possible contraction de l'économie allemande au 4e trimestre

Marché : Possible contraction de l'économie allemande au 4e trimestreMarché : Possible contraction de l'économie allemande au 4e trimestre

par Sarah Marsh et Madeline Chambers

BERLIN (Reuters) - L'annonce mardi d'un recul des exportations et des commandes à l'industrie allemande accentue les craintes que la crise de la zone euro n'ait entraîné une contraction de la plus puissante économie de la région à la fin de l'an dernier.

Les importations et les exportations ont reculé au mois de novembre, provoquant une nouvelle baisse de l'excédent commercial de l'Allemagne, et les commandes à l'industrie ont rechuté à un rythme plus fort que prévu dans le même temps.

Les importations ont diminué de 3,7% et les exportations de 3,4%, selon les chiffres de l'Office fédéral de la statistique publiés mardi. Les économistes interrogés par Reuters anticipaient en moyenne une hausse de 0,4% des importations et une baisse de 0,5% des exportations.

Parallèlement, les commandes à l'industrie ont reculé de 1,8%, après une hausse de 3,8% en octobre, plombées par une forte baisse de la demande des pays hors zone euro, alors que les économistes s'attendaient en moyenne à un recul de 1,4%.

L'économie allemande, pilier de l'Europe pendant les trois premières années de la crise de la dette, a marqué le pas au troisième trimestre 2012 et les économistes estiment qu'elle s'est contractée au quatrième trimestre.

Bien que de nombreux économistes estiment que le pays échappera à la récession et s'attendent à une amélioration progressive cette année, les chiffres de mardi incitent certains d'entre eux à prédire que la route sera cahoteuse.

"Avec la reprise de la demande mondiale, les exportations pourraient rapidement redevenir un moteur fiable de croissance. Toutefois, les derniers chiffres des commandes montrent que la sortie de la phase de contraction ne se fera pas nécessairement sans heurts", dit Carsten Brzeski, économiste chez ING.

Sans être à la traîne de la zone euro, l'Allemagne pourrait néanmoins "continuer à laisser entendre pendant quelque temps que la situation va empirer avant de s'améliorer", dit-il.

DOUTES SUR LA DEMANDE INTÉRIEURE

L'excédent commercial a reculé à 14,6 milliards d'euros, contre 14,9 milliards en octobre et à comparer à un consensus de 15 milliards.

La baisse des importations, notamment, crée un doute quant à la capacité des consommateurs et des entreprises allemandes à soutenir la croissance, comme certains l'avaient espéré, alors que le taux de chômage est en hausse et que le moral des consommateurs se dégrade.

Néanmoins, le chômage reste près de son niveau le plus faible en 20 ans et les salaires sont en hausse pour la première fois depuis des années. De même, l'enquête auprès des directeurs d'achats a montré que le secteur privé était en croissance en décembre pour la première fois en huit mois et l'indice Ifo du climat des affaires s'est amélioré en novembre et en décembre.

Le ministère de l'Economie a d'ailleurs minimisé l'impact de la baisse des commandes à l'industrie au mois de novembre, compte tenu des bons chiffres d'octobre. "De manière générale, la demande semble se stabiliser", a-t-il estimé dans un communiqué.

Les commandes de l'étranger hors zone euro ont baissé de 6,5% après un bond de 8% en octobre. Celles en provenance de l'Allemagne ont progressé de 1,3% et les commandes de la zone euro ont augmenté de 0,2%.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Véronique Tison

Copyright © 2013 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...