Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Pierre Moscovici prévoit 14 milliards d'économies en 2014-2015

Marché : Pierre Moscovici prévoit 14 milliards d'économies en 2014-2015

Marché : L'exécutif français en quête de crédibilité sur les dépensesMarché : L'exécutif français en quête de crédibilité sur les dépenses

PARIS (Reuters) - Le gouvernement veut dégager 14 milliards d'euros d'économies en 2014 et un montant du même ordre en 2015, a déclaré mardi le ministre des Finances, Pierre Moscovici, avant le débat d'orientation des finances publiques à l'Assemblée nationale.

Le ministre délégué au Budget, Bernard Cazeneuve, a quant à lui précisé que les prélèvements obligatoires augmenteraient parallèlement de 6 milliards d'euros l'an prochain.

Cette hausse doit "le plus possible épargner les ménages modestes et les classes moyennes et faire en sorte que les efforts demandés aux entreprises ne pèsent pas sur leur compétitivité", ajoute-t-il dans un entretien publié mardi dans le quotidien Le Monde.

Pierre Moscovici a confirmé sur RMC et BFM TV qu'"il y aura 9 milliards d'économies documentées et la dépense de l'Etat baissera de 1,5 milliard d'euros en 2014", sur un total de 14 milliards d'euros d'économies prévus l'an prochain.

Prié de dire, à propos de ces 14 milliards d'euros, à combien s'élèveraient les économies en 2015, il a répondu : "Ce sera du même ordre."

Les deux tiers des efforts de réduction du déficit seront réalisés l'an prochain en maîtrisant la dépense publique et le tiers restant en hausses de prélèvements, a-t-il confirmé.

Interrogé sur le montant du déficit public fin 2013, il a répondu : "je n'en sais rien", du fait du ralentissement des recettes fiscales lié à la croissance économique atone. Il a jugé "raisonnable" l'estimation de la Cour des comptes selon laquelle le déficit pourrait se situer autour de 4%.

Le gouvernement prévoit pour l'instant de réduire le déficit public à 3,7% du PIB à la fin l'année contre 4,8% fin 2012.

Que la croissance du PIB soit cette année de +0,1% comme le prévoit le gouvernement ou de -0,1%, "on verra", a ajouté Pierre Moscovici, en répétant qu'il n'y aurait quoi qu'il en soit pas de budget rectificatif pour 2013.

Pour 2014, "ce qui est déjà sécurisé, fait, ce sont les économies de dépenses", a-t-il dit.

Les arbitrages sur les prélèvements obligatoires ne sont pas faits, a-t-il poursuivi, en soulignant que le projet de budget pour 2014 serait déposé le 25 septembre.

L'éventuelle augmentation de la fiscalité sur le gazole n'est en particulier pas tranchée, a ajouté Pierre Moscovici, en précisant que "ça fait partie des hypothèses".

Selon Bernard Cazeneuve, "le principe d'un 'verdissement' (de la fiscalité NDLR) à prélèvements obligatoires constants est acquis".

"Il y aura des mesures très concrètes dans le prochain budget. Elles seront soumises à la concertation des groupes politiques, des associations, des industriels. Et monteront en puissance entre 2014 et 2017", ajoute le ministre délégué au Budget.

Jean-Baptiste Vey, édité par Marc Joanny

Copyright © 2013 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...