Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Pfizer et Novartis, comme Amgen, s'intéresseraient à Onyx

Marché : Pfizer et Novartis, comme Amgen, s'intéresseraient à Onyx

tradingsat

par Soyoung Kim et Jessica Toonkel

NEW YORK (Reuters) - Onyx Pharmaceuticals, dont les anticancéreux sont considérés comme une prometteuse source de revenus potentielle, suscite l'intérêt de plusieurs grands noms de la pharmacie, comme Pfizer et Novartis, a-t-on appris de deux sources proches du dossier lundi.

Onyx, une société de biotechnologies dont la capitalisation avoisine désormais 9,5 milliards de dollars (7,3 milliards d'euros), s'est mis en vente dimanche en évoquant des "manifestations d'intérêt" de plusieurs entreprises, après avoir rejeté une offre d'achat hostile d'Amgen à 8,7 milliards de dollars, qu'il a jugée trop basse.

Pfizer, qui doit payer des royalties à Onyx sur un traitement expérimental du cancer du sein, et Novartis figurent parmi les parties intéressées, ont expliqué les deux sources.

Une troisième source a expliqué que l'offre à 120 dollars par action présentée par Amgen en juin était la première et qu'Amgen n'avait pas spécifié qu'il s'agissait de la dernière. Cette source a ajouté s'attendre à ce qu'Amgen participe au processus d'enchères.

Onyx, basée à San Francisco, pourrait aussi susciter l'intérêt de groupes tels que Bayer, AstraZeneca et Merck & Co, ont dit plusieurs personnes au fait du dossier.

Toutes ces sources ne sont pas autorisées à s'exprimer publiquement et ont requis l'anonymat.

Onyx s'est refusé à tout commentaire.

Amgen, Pfizer, Novartis, Bayer et Merck ont refusé de s'exprimer. AstraZeneca n'a pas répondu dans l'immédiat à une demande de commentaire.

En Bourse, l'action Onyx a bondi de 51% lundi sur le Nasdaq et la hausse a profité à plusieurs autres "biotech" comme Ariad Pharmaceuticals (+11,7%), Isis Pharmaceuticals (+5,95%) et Seattle Genetics (+3,97%).

Onyx commercialise en partenariat avec Bayer le Nexavar, un traitement du cancer du foie et du rein, et le Stivarga, un nouveau traitement du cancer du côlon. L'an dernier, il a lancé la commercialisation du Krypolis, dont certains analystes estiment le chiffre d'affaires potentiel à trois milliards de dollars par an.

Outre ces trois produits déjà sur le marché, le groupe dispose d'un portefeuille de molécules en développement jugées prometteuses.

Les anticancéreux sont particulièrement prisés dans le secteur car leur prix peut être très élevé - jusqu'à plus de 100.000 dollars par patient pour certains nouveaux traitements -, ils ne nécessitent qu'une force de vente limitée et ils sont généralement couverts par les assureurs santé.

Marc Angrand pour le service français, édité par Nicolas Delame

Copyright © 2013 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...