Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Petite avancée dans les négociations de paix syriennes

Marché : Petite avancée dans les négociations de paix syriennes

tradingsat

par Khaled Yacoub Oweis et Mariam Karouny

GENEVE (Reuters) - Les négociations pour la paix en Syrie ont produit une légère avancée mercredi, les deux délégations syriennes à la conférence de Genève II ayant accepté de se référer au même document comme base de leurs discussions tout en étant en désaccord sur le déroulement des négociations.

Les deux parties ont fait savoir qu'elles étaient d'accord pour prendre pour base le "communiqué de Genève", texte mis au point lors d'une précédente conférence internationale à Genève en juin 2012. "Genève I" fixe les étapes nécessaires pour mettre fin aux combats et organise une transition politique.

"Nous nous sommes mis d'accord pour dire que Genève I est la base des négociations", a déclaré à la presse le porte-parole de l'opposition, Louay al Safi, à propos du communiqué de juin 2012.

Il y a accord sur l'utilisation de ce texte, mais avec quelques réserves, a précisé Boussaïna Chaabane, conseillère du président syrien Bachar al Assad.

Alors que l'opposition veut commencer par la question de l'organisme gouvernemental de transition que la conférence de Genève II a pour but de mettre en place, le gouvernement syrien veut qu'une première étape soit consacrée à une discussion sur le "terrorisme". Le gouvernement utilise ce terme pour parler de ceux qui ont pris les armes pour renverser Bachar al Assad.

Pour l'opposition, les modalités de la transition doivent comprendre le départ du président Assad, ce que le gouvernement syrien refuse.

"ACCROÎTRE LA PRESSION"

Selon une source diplomatique russe citée par l'agence de presse RIA, les experts américains et russes ont décidé d'"accroître la pression" sur les deux délégations pour qu'elles parviennent à un "compromis".

Compte tenu des intérêts et des interprétations très divergents des parties, les organisateurs des discussions au siège des Nations unies à Genève ont du mal à faire avancer le processus et à empêcher les parties de quitter les négociations.

La télévision d'Etat syrienne a indiqué que le gouvernement voulait discuter du texte de Genève I, "paragraphe par paragraphe".

"M. Brahimi a dit que demain ils vont discuter du terrorisme parce que mettre fin au terrorisme est le premier sujet qui doit être traité. Même dans Genève I, le premier sujet est de faire cesser la violence qui s'est muée en terrorisme", a déclaré Boussaïna Chaabane.

L'émissaire international pour la Syrie et président de la conférence, le diplomate algérien Lakhdar Brahimi, n'a pas confirmé l'information.

Mardi, il avait dit que les deux parties parlaient trop à la presse et qu'elles devaient respecter la confidentialité des discussions.

Avec Tom Miles à Genève, Thomas Grove à Moscou et Stephen Kalin et Oliver Holmes à Beyrouth; Danielle Rouquié pour le service français

Copyright © 2014 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...