Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Pékin appelle la Fed à la prudence avant le G20

Marché : Pékin appelle la Fed à la prudence avant le G20

Marché : Pékin appelle la Fed à la prudence avant le G20Marché : Pékin appelle la Fed à la prudence avant le G20

PEKIN (Reuters) - La Réserve fédérale américaine devrait s'interroger sur le calendrier et l'intensité de la réduction de ses rachats d'actifs afin d'éviter de nuire aux économies émergentes, ont déclaré mardi des responsables économiques chinois.

Cet avertissement du vice-ministre chinois des Finances Zhu Guangyao et du vice-gouverneur de la banque centrale chinoise Yi Gang intervient alors que plusieurs économies émergentes sont confrontées à des sorties massives de capitaux dans la perspective d'un durcissement de la politique monétaire américaine.

"L'économie américaine montre des signes positifs et connaît une reprise graduelle et nous saluons cela", a déclaré Zhu lors d'une intervention dans la perspective du sommet du G20 des 4 et 5 septembre en Russie.

"Mais les Etats-Unis - pays émetteur de la principale monnaie - doivent prendre en compte les effets secondaires de leur politique monétaire, en particulier en ce qui concerne l'opportunité et le rythme de la sortie de leur politique monétaire ultra-accommodante", a-t-il ajouté.

Zhu a précisé qu'en dépit d'un environnement économique domestique et international difficile, la politique économique chinoise demeurerait stable et que Pékin renoncerait à de nouvelles mesures de relance, la croissance étant toujours attendue à 7,5% cette année conformément aux objectifs.

Les autorités chinoises accéléreront en revanche les ajustements structurels, notamment pour réduire les surcapacités dans l'appareil de production, a-t-il précisé.

Yi Gang a quant à lui déclaré que les conséquences du resserrement attendu des politiques monétaires dans les pays développés seraient évoquées à l'occasion du sommet du G20.

"Sur la politique monétaire, la question centrale (du G20) portera sur la manière de minimiser l'impact extérieur lorsque les principales économies développées sortiront ou sortiront graduellement de l'assouplissement quantitatif, particulièrement en provoquant des flux de capitaux volatils dans les pays émergents et en exerçant des pressions sur les devises émergentes."

Il a précisé qu'un fonds d'intervention sur le marché des changes doté de 100 milliards de dollars était en discussion entre les BRICs - Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud - et qu'il pourrait voir le jour dans un avenir proche.

La Chine contribuera pour "une part importante" à ce fonds a-t-il dit. "Elle ne dépassera pas 50%", a-t-il toutefois ajouté.

Marc Joanny, édité par Véronique Tison

Copyright © 2013 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...