Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Pas tellement encouragé par Wall Street

Marché : Pas tellement encouragé par Wall Street

tradingsat

(CercleFinance.com) - Les débats sur le budget américain font toujours trembler les investisseurs qui ont besoin de nouveaux catalyseurs pour avancer, à l'aube d'un nouveau trimestre.

Londres perd 1%, Francfort 0,2%, Madrid 0,6%, Bruxelles et Zurich 0,3%, Milan 1,1%, Amsterdam 0,8%, Lisbonne 0,5%, tandis que Paris grappille 0,1%. Wall Street navigue dans le rouge.

Aux Etats-Unis, le Département du Commerce a annoncé une hausse de 0,3% des dépenses le mois dernier, après une hausse de 0,2% (révisée, contre +0,1% en première lecture) en juillet. Les revenus des ménages ont augmenté quant à eux de 0,4%, après avoir progressé de 0,2% le mois précédent.

Le moral des ménages américains ressort bien en baisse, selon l'estimation finale de l'enquête mensuelle de l'Université du Michigan.Attendu autour de 78 par les économistes, l'indice de confiance 'UMich' atteint finalement 77,5 au titre du mois en cours, contre 76,8 en première estimation.

'Après l'enthousiasme général suscité par l'annonce de la FED, favorable à la reconduction de son programme d'assouplissement monétaire, les investisseurs font preuve d'un regain de prudence', souligne Fabrice Cousté, directeur général de CMC Markets France.

'Un état d'esprit qui s'explique notamment par des prises de bénéfices légitimes, après les sommets atteints récemment par les indices boursiers américain et allemand, mais aussi par le retour de facteurs d'incertitude comme le risque budgétaire américain', précise-t-il.

Il rappelle que 'si d'ici le 30 septembre les parlementaires américains ne parviennent pas à s'accorder pour rehausser le montant maximal de la dette, le gouvernement devra procéder à des coupes budgétaires automatiques qui provoqueront la rupture de certaines prestations publiques'. Par conséquent, l'hypothèse d'un blocage budgétaire, qui figerait le financement de l'Etat, pèse actuellement sur les indices.

'Les investisseurs se sont montrés de plus en plus inquiets étant donné que si un accord n'est pas trouvé d'ici au 17 octobre prochain, lorsque le Trésor sera à sec, le pays risque un défaut de paiement', renchérit Emman Xuereb, trader chez RTFX.

Selon Fabrice Cousté, l'autre 'newsflow' majeur qui a contribué à refroidir les marchés concerne l'activité de crédit aux agents économiques en zone euro. La BCE a annoncé que les prêts consentis au secteur privé et aux particuliers ont faibli de 2% sur un an (entre août 2012 et août 2013), reflétant les difficultés des établissements bancaires européens à répercuter auprès des consommateurs de crédit, les conditions de financement avantageuses que leur garantit la politique monétaire accommodante de la Banque centrale européenne.

'Dès lors, la BCE pourrait reprendre la main en activant une troisième opération de refinancement, si elle estime que les banques éprouvent encore des besoins en capital pour transformer leurs liquidités en offres de prêts', estime le professionnel.

Toujours sur le Vieux Continent, les indices de sentiment économique (ESI) de la Commission européenne progressent encore en septembre, de 1,6 point à 96,9 pour la seule zone euro et de 2,4 points à 100,6 pour l'ensemble de l'Union européenne.

Le climat des affaires dans la zone euro est pour sa part resté quasiment inchangé en septembre, selon une enquête publiée vendredi par la Commission européenne.

Sur le front des valeurs, H&M reprend son souffle après la forte progression de la veille, perdant 0,7% à 279,7 couronnes suédoises, bien que Crédit Suisse est passé de 'neutre' à 'surperformance' sur la valeur et a relevé l'objectif de cours à 315 couronnes suédoises, contre 240 précédemment, au lendemain de la publication de résultats meilleurs que prévu pour le troisième trimestre de l'exercice 2012/2013, grâce notamment au succès rencontré par les collections d'été.

Novartis (-0,6% à 69,4 francs suisses) annonce avoir présenté cette semaine à l'occasion du Congrès d'ophtalmologie Euretina de Hambourg de nouvelles données confirmant l'innocuité du Lucentis dans quatre maladies rétiniennes.

Groupe Bruxelles-Lambert (GBL) grignote 0,2% à 63,6 euros, après avoir procédé aujourd'hui avec succès au placement d'obligations convertibles à échéance 2018, émises par sa filiale Sagerpar et entièrement garanties par GBL.

Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...