Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Pas de rebond en vue dans l'immobilier ancien, selon la FNAIM

Marché : Pas de rebond en vue dans l'immobilier ancien, selon la FNAIM

Marché : Pas de rebond en vue dans l'immobilier ancien, selon la FNAIMMarché : Pas de rebond en vue dans l'immobilier ancien, selon la FNAIM

PARIS (Reuters) - La Fédération nationale de l'immobilier (FNAIM) estime à 5,1% la baisse du nombre des transactions de logements anciens conclues en France en 2013, une dégradation qui, paradoxalement, ne s'est pas traduite par une chute importante des prix.

Pour cette année, la FNAIM, premier syndicat professionnel de l'immobilier avec 12.00 adhérents, s'attend à une poursuite du repli tout en insistant sur l'incertitude entourant ces perspectives.

En 2013, la FNAIM a recensé 668.000 ventes de logements anciens contre 704.000 en 2012. Cela représente un recul de 15% à 20% par rapport aux années d'avant la crise de 2008-2009.

"Une conjoncture économique dégradée, une fiscalité galopante, des prix élevés, un projet de réforme de la location très contesté..., 2013 fut une année difficile pour l'immobilier, heureusement soutenu par des taux d'intérêt historiquement bas", résume la fédération dans un communiqué.

Le retrait parallèle de l'offre et de la demande a cependant empêché la formation de stocks importants à la vente et limité la baisse des prix.

Sur la France entière, tous logements anciens confondus, les prix ont reculé de 2,9% par rapport à 2012. Mais le repli est plus marqué en province (-3,0%) qu'en Ile-de-France (-2,5%). Et la baisse est plus accentuée dans l'habitat collectif que dans le logement individuel.

Le prix moyen au m2 est de 3.298 euros en appartement (-3,5%) et de 2.106 euros en maison (-2,5%). Avec des écarts très prononcés entre les régions : aux deux extrêmes, le prix moyen des appartements en Ile-de-France atteint 5.130 euros/m2, trois fois plus qu'en Franche-Comté (1.628 euros/m2).

A Paris, à 8.706 euros/m2, les prix ont baissé de 3,2% mais restent six fois plus chers qu'à Limoges (1.377 euros/m2, soit -5,7%).

En 2014, toujours selon la FNAIM, le nombre des transactions dans l'ancien pourrait encore baisser, sans descendre néanmoins en dessous de 650.000 ventes, et les prix devraient encore se tasser, "sans aller au-delà de -4%".

Dominique Rodriguez, édité par Jean-Michel Bélot

Copyright © 2014 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...