Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Pas de débat parlementaire à Chypre avant l'Eurogroupe

Marché : Pas de débat parlementaire à Chypre avant l'Eurogroupe

Marché : Pas de débat parlementaire à Chypre avant l'EurogroupeMarché : Pas de débat parlementaire à Chypre avant l'Eurogroupe

par Michele Kambas et Karolina Tagaris

NICOSIE (Reuters) - Les 56 députés chypriotes ne se réuniront pas avant la réunion des ministres des Finances de l'Eurogroupe prévue ce dimanche, a-t-on appris samedi de source parlementaire à Chypre, prolongeant le suspense sur le sauvetage du petit pays menacé d'un effondrement financier.

Depuis le rejet par les députés d'un projet de taxe exceptionnelle sur les dépôts bancaires, Chypre doit parvenir à un accord sur les moyens de trouver les quelque six milliards d'euros nécessaires pour compléter le plan de sauvetage de 10 milliards d'euros négocié samedi dernier avec ses partenaires européens.

"Nous nous réunirons après la réunion de l'Eurogroupe. J'ignore quand", a dit un député sous couvert d'anonymat.

Accentuant la pression, la Banque centrale européenne (BCE) a prévenu que, faute d'accord, elle interromprait lundi son programme de soutien exceptionnel qui maintient à flot les principales banques chypriotes.

Les députés chypriotes, qui ont enterré mardi soir un projet de taxe modulée sur les comptes bancaires, devraient rouvrir le débat. La taxe sur les comptes bancaires "est de nouveau sur la table", a souligné le ministre des Finances, Michael Sarris, de retour d'un déplacement infructueux en Russie.

Le projet massivement rejeté cette semaine par les députés prévoyait d'exonérer les comptes inférieurs à 20.000 euros, de prélever 6,75% sur les dépôts bancaires d'un montant de 20.000 à 100.000 euros et 9,9% au-delà.

Cette fois, dit-on de source politique, les députés s'approcheraient d'un accord pour ne taxer que les comptes supérieurs à 100.000 euros. La taxe pourrait être de l'ordre de 20%, voire davantage, et ne concernait que les titulaires de comptes ouverts à la Bank of Cyprus, le principal prêteur chypriote, précise-t-on de source politique.

38 MILLIARDS SUR LES COMPTES SUPÉRIEURS À 100.000 EUROS

Le refus russe de répondre favorablement aux demandes d'assistance de Nicosie explique en partie ce virage à 180°.

Vendredi soir, les députés ont voté en faveur d'une nationalisation des fonds de pensions et adopté une loi autorisant la séparation des activités bancaires saines des activités toxiques.

Une troisième loi votée dans la soirée permettra au gouvernement d'imposer un contrôle des capitaux sur les banques afin d'anticiper une possible sortie massive des capitaux à la réouverture des banques, prévue mardi après plus d'une semaine de fermeture forcée.

Les banques chypriotes gèrent 68 milliards d'euros de dépôts bancaires, dont 38 milliards sur des comptes présentant un solde supérieur à 100.000 euros - des sommes énormes pour un pays de 1,1 million d'habitants qu'expliquent les dépôts massifs de ressortissants étrangers, notamment russes, dans les banques chypriotes.

Des discussions devraient parallèlement avoir lieu ce samedi avec des émissaires de la "troïka" (Union européenne, BCE et Fonds monétaire international).

Le président chypriote Nicos Anastasiades, au pouvoir depuis un mois à peine, pourrait lui se rendre à Bruxelles dès samedi, en fonction de l'issue des discussions avec la "troïka", a indiqué un responsable du gouvernement chypriote sous couvert d'anonymat.

Avec Jan Strupczewski et Luke Baker à Bruxelles; Henri-Pierre André pour le service français

Copyright © 2013 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...