Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Paris veut discuter de l'équilibre croissance-économies

Marché : Paris veut discuter de l'équilibre croissance-économies

Marché : Paris discutera avec la CE de l'équilibre croissance-économiesMarché : Paris discutera avec la CE de l'équilibre croissance-économies

BERLIN (Reuters) - La France va discuter avec la Commission européenne de l'équilibre entre la croissance économique et les économies budgétaires dans l'optique de la présentation prochaine de sa trajectoire de finances publiques, a déclaré lundi le nouveau ministre des Finances, Michel Sapin.

Il s'exprimait à Berlin aux côtés de son homologue allemand Wolfgang Schäuble, à l'occasion de sa première visite à l'étranger depuis sa nomination la semaine dernière comme ministre des Finances et des Comptes publics.

Alors que les partenaires européens de la France craignent que la deuxième économie européenne ne parvienne pas à réduire son déficit public sous 3% du PIB fin 2015 comme elle s'est engagée à le faire, Wolfgang Schäuble a déclaré que la France avait confirmé qu'elle avait conscience de ses responsabilités.

"Nous avons tous conscience que le chemin qui nous mène vers la sortie définitive de crise passe premièrement par le respect de nos engagements et deuxièmement par une croissance économique supérieure", a dit Michel Sapin lors d'une conférence de presse commune. "C'est d'ailleurs l'équilibre entre les deux qui peut permettre à nos pays de retrouver un chemin plus solide."

Michel Sapin a promis que le gouvernement de Manuel Valls prendrait sur les déficits "des décisions difficiles, courageuses" et que le coeur du programme gouvernemental était d'accroître la compétitivité des entreprises.

Le nouveau Premier ministre français doit présenter les grandes lignes du "pacte de responsabilité", qui doit baisser le coût du travail de 10 milliards d'euros, lors de son discours de politique générale mardi.

Michel Sapin a ajouté que la France tiendrait ses engagements en matière de réduction des déficits, sans préciser si l'échéance de 2015 pour passer sous 3% serait tenue.

Le ministre français des Finances avait déclaré jeudi que la France discuterait avec ses partenaires européens du rythme de la réduction de ses déficits publics.

(Annika Breidthardt, avec Jean-Baptiste Vey à Paris, édité par Yves Clarisse)

Copyright © 2014 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...