Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Paris émettra 174 milliards de dette en 2014, plus qu'en 2013

Marché : Paris émettra 174 milliards de dette en 2014, plus qu'en 2013

Marché : Paris émettra 174 milliards de dette en 2014, plus qu'en 2013Marché : Paris émettra 174 milliards de dette en 2014, plus qu'en 2013

par Raoul Sachs

PARIS (Reuters) - La France va émettre 174 milliards d'euros de dette à moyen et long terme (nets des rachats) en 2014, soit cinq milliards d'euros de plus qu'en 2013 en raison de la dégradation du déficit budgétaire 2013, a annoncé mercredi Ambroise Fayolle, directeur général de l'Agence France Trésor (AFT).

Lors d'un point de presse, il a précisé que la hausse du déficit de l'Etat en 2013 avait dû être financée par une augmentation de l'encours de la dette court terme (BTF, bons du Trésor) de 8,1 milliards d'euros et par des primes à l'émission de couches anciennes à coupon élevé.

Ambroise Fayolle a souligné que, fidèle à sa politique d'émission, la France ne modifierait pas son programme d'émission de dette à moyen et long terme 2013 fixé à 169 milliards d'euros nets des rachats.

Les BTF émis pour faire face au dérapage du déficit budgétaire cette année (71,9 milliards en exécution contre 62,3 milliards prévus en loi de Finances initiale) seront refinancés, à échéance début 2014, par l'émission d'obligations assimilables du Trésor (OAT) de maturité moyenne et longue - ce qui explique l'augmentation du programme de financement 2014.

Ambroise Fayolle a précisé qu'à fin septembre, l'AFT, qui gère la dette de l'Etat, avait procédé à 19 milliards d'euros de rachat de dette à moyen et long terme portant essentiellement sur des échéances 2014 et dans une moindre mesure 2015.

Le montant des remboursements de titres arrivant à échéance en 2014 a ainsi pu être ramené à 104,8 milliards d'euros contre 122 milliards d'euros initialement.

"CREDIT DE LA FRANCE"

Le programme d'émission va couvrir l'essentiel des besoins de financement de l'Etat en 2014 (177 milliards d'euros), soit un déficit budgétaire de 70,2 milliards d'euros et des remboursements de dette pour 104,8 milliards d'euros.

L'AFT prévoit par ailleurs une stabilité de l'encours de BTF en 2014.

Ambroise Fayolle a souligné que depuis le début de l'année, la France a bénéficié de conditions de financement "extrêmement favorables", y compris depuis la récente remontée des taux longs liée à la question de la sortie progressive de la politique ultra-accommodante de la Fed.

Il a précisé que le taux moyen de financement de la France lors des adjudications de dette s'élevait sur les neuf premiers mois de l'année à 1,49% contre une moyenne de 4,15% au cours des dix années qui ont précédé la crise (1998-2007).

"C'est le reflet du crédit de la France et de la qualité de la gestion de sa dette", a-t-il dit.

La charge de la dette en 2013 a pu ainsi être réduite de 1,9 milliard à 45 milliards.

Le directeur de l'agence de la dette a indiqué sur le montant total des économies sur la charge était dû davantage à une inflation plus basse que prévu (pour 1,3 milliard d'euros) qu'à la baisse des taux (600 millions d'euros).

Comme chaque année, le projet de budget 2014, présenté ce mercredi en Conseil des ministres, est bâti sur des prévisions prudentes en matière de taux : 3,3% pour le taux à 10 ans et 0,34% pour le taux à trois mois. D'où une augmentation de la charge de la dette à 46,7 milliards d'euros l'année prochaine.

Le taux moyen à 10 ans lors des émissions s'établit à ce stade à 2,3% et celui du BTF à trois mois à 0,05%.

"Ce qu'on voit avec le mouvement de remontée des taux depuis le mois de mai, c'est aussi des achats importants des investisseurs français. Le taux de détention des investisseurs étrangers reste stable", a expliqué le directeur de l'AFT.

Edité par Jean-Michel Bélot

Copyright © 2013 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...