Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Nouvelle année noire attendue pour le prêt-à-porter en 2013

Marché : Nouvelle année noire attendue pour le prêt-à-porter en 2013

Marché : Nouvelle année noire attendue pour le prêt-à-porter en 2013Marché : Nouvelle année noire attendue pour le prêt-à-porter en 2013

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Le marché français du prêt-à-porter, plombé par la crise et la montée du chômage, devrait encore reculer en 2013 et signer le triste record d'une sixième année de baisse consécutive.

Les ventes d'habillement devraient accuser cette année un recul de 2,1%, selon les estimations de l'Institut français de la mode (IFM), et poursuivre leur baisse à peu près au même rythme (-2%) l'an prochain.

En repli continu depuis la crise de 2008, le marché français se caractérise par une baisse encore plus marquée des volumes, qui sont revenus en 2012 à leur niveau de 2002.

"Le marché de l'habillement est très corrélé à l'évolution du PIB et le contexte macroéconomique reste très défavorable. Les dépenses contraintes progressent (alimentation, logements, énergie), le chômage aussi", a déclaré à Reuters Gildas Minvielle, responsable de l'observatoire économique de l'IFM, en marge d'une conférence de l'institut consacrée aux perspectives 2013 de la mode et du textile.

Pour 2013, la prévision du gouvernement français tablant sur une progression du PIB de 0,8% est assez optimiste et l'OCDE anticipe 0,3%, a-t-il remarqué.

Avec la dégradation de l'économie, les mesures d'austérité induites par la crise de la dette et la monté du chômage, les arbitrages des ménages ne se font plus en faveur des vêtements mais plutôt des produits technologiques, des vacances ou de la santé.

"Cette baisse continue des volumes, c'est le signe que les modes de consommation ont changé", a commenté Gildas Minvielle.

Signe des temps, le marché de la revente de vêtements d'occasion, des dépôts-vente ou des foires aux vêtements, s'il est difficile à évaluer, prend une place grandissante dans les achats. "Cela explique aussi sans doute la baisse de la consommation observée dans les réseaux de distribution", a observé Hélène Fourneau, responsable des panels de l'IFM.

LE MARCHÉ MASCULIN PLUS RÉSISTANT

Depuis 2008, le marché français de l'habillement a perdu environ 10% de sa valeur et totalise aujourd'hui environ 27 milliards d'euros.

L'IFM, qui a menée une étude auprès des distributeurs français, révèle que les marques et les enseignes restent "peu positives vis-à-vis des tendances de la consommation".

Le prêt-à-porter féminin demeure nettement plus touché que la mode masculine, et son recul devrait encore s'aggraver l'an prochain, avec un repli qui pourrait atteindre 3,5% après une baisse estimée à 3,1% en 2012.

Du côté des hommes, où l'on constate un redémarrage des survêtements et des sweatshirts, la consommation a mieux résisté, avec une baisse qui devrait être limitée à 0,5% en 2012 et une stabilisation (-0,1%) attendue en 2013.

"Le marché masculin profite d'un élargissement considérable de l'offre. Les chaînes ont fait beaucoup d'efforts pour proposer une plus grande variété de produits", a précisé Hélène Fourneau.

Chez l'enfant, la baisse devrait atteindre 2,2% en 2012 et 1,6% l'an prochain.

L'industrie française de l'habillement, qui sous-traite la quasi-totalité de sa production hors de France, a cependant vu les pressions diminuer sur ses coûts d'approvisionnement grâce à l'accalmie sur les marchés des matières premières.

Le cours du coton oscille aujourd'hui autour de 82 cents la livre, très loin des deux dollars atteints au printemps 2011.

Si la Chine reste le premier sous-traitant de la filière, sa part a baissé pour la première fois (-8%), alors que les coûts de fabrication ont augmenté de 40% en deux ans dans le pays, au profit notamment du Bangladesh. Les approvisionnements ont aussi fortement progressé en provenance de Turquie.

Edité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...