Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Nouveaux plus hauts pour les indices US

Marché : Nouveaux plus hauts pour les indices US

tradingsat

(CercleFinance.com) - Comme tous les vendredi -à 2 exceptions près depuis le 1er janvier-, les indices US ont tous clôturé au plus haut du jour, de la semaine, du mois, de tous les temps.

Les robots ont tout arraché à la hausse au cours du dernier quart d'heure, les indices US prenant 0,3% en moyenne au cours des derniers échanges (dans un vide sidéral en terme de volumes)... et entre +1 et +1,5% sur la semaine écoulée.

Dès que les algorithmes haussiers sont enclenchés en fin de séance, tous les vendeurs 'se couchent' et leurs logiciels purgent en quelques secondes toutes leurs positions vendeuses.

Ce n'est pas de la bourse, c'est du poker: personne ne pose plus un jeton sur le tapis vert dès que la FED fait mine de relancer, et cela dure depuis novembre dernier.

Il n'est pas un seul trader qui n'ait intégré l'impératif catégorique 'don't fight the FED'... surtout si elle se trompe totalement sur les conséquences de sa stratégie, s'enferre dans l'erreur et prétend ne pas détecter le début du commencement d'une bulle (immobilière, obligataire, boursière... mais elle n'en a jamais identifié aucune ni en 1994 sur l'obligataire, ni en 2000, 2007 ou 2011 sur les actions).

Si le Nasdaq reste encore loin de ses sommets historiques, la hausse de +0,8% de ce vendredi le propulse à son plus haut niveau de clôture depuis le 3 novembre... 2000.

Les volumes sont dérisoires (encore moins de 500 millions de titres sur le 'S&P') malgré la lancinante litanie des records historiques (qui autrefois s'accompagnaient d'une activité également record).

Wall Street semble bien parti pour aligner un 7ème mois de hausse consécutif (+22% cumulé) et les valorisations sur le Nasdaq redeviennent stratosphériques (les vedettes du Nasdaq-100 affichent 1,4% de rendement).

Mais plus les actions grimpent, plus les 'stratèges' affirment que les actions 'ne sont pas chères'... et chaque vendredi de hausse leur permet d'affirmer qu'elles sont encore plus attractives que la semaine précédente (Amazon se paye plus de 100 fois ses bénéfices, les investisseurs se l'arrachent).

Et ce n'est rien à côté de la bulle obligataire avec des rendements voisins de 1,88% sur le '10 ans', de moins de 3% sur le '30 ans'... et de 5 à 6% sur les catégories les plus pourries de type 'Junk bonds'.

C'est peut-être ce à quoi Ben Bernanke faisait référence ce vendredi en s'inquiétant des conséquences de la 'course au rendement' (qu'il a lui-même orchestré de façon parfaitement délibérée en ramenant la rémunération de l'épargne obligataire à zéro, ce qui dévalorise l'essentiel de l'épargne les futurs retraités).

Il s'interroge sur une éventuelle déconnection du prix des actifs par rapport aux conditions économiques réelles: une entreprise en quasi faillite peut aujourd'hui se refinancer à moins de 5,5% (c'est ce que devait payer l'Espagne en début d'année).

Le 'fait marquant' de ce vendredi restera aussi la chute du Yen qui plonge sous les 102/$ et 132/Euro: c'est d'autant plus étonnant que 5 banques centrales asiatiques (dont l'Inde et la Corée du Sud) ont baissé leurs taux cette semaine.
Le Yen a légèrement rebondi à chaque fois (effet d'annonce) avant de retomber systématiquement un peu plus bas face à toutes les devises de la zone Asie Pacifique... puis surtout contre l'Euro et le Dollar (un plancher de 102/$ a été atteint).

Cela n'a guère perturbé Wall Street, et surtout pas les secteurs cycliques ou les 'produits de base' (en hausse de +3% cette semaine).
Parmi les vedettes du jour, on notait Sears +7,3%, Expedia +5,2%, Nvidia +4,5%, Priceline +3,8%, Chesapeake +2,9%, Yahoo et Morgan Stanley +2,25%, Hewlett Packard +1,7%.

Côté repli, presque rien à signaler, sinon les replis de Cognizant -5% et Caterpillar -1,5%.

Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...