Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Nouveau recul de la consommation des ménages en juin

Marché : Nouveau recul de la consommation des ménages en juin

Marché : Nouveau recul de la consommation des ménages en juinMarché : Nouveau recul de la consommation des ménages en juin

PARIS (Reuters) - La consommation des ménages français en biens a de nouveau diminué en juin, avec un recul de 0,8% principalement alimenté par la chute des dépenses en énergie, selon les données publiées vendredi par l'Insee.

Sur l'ensemble du deuxième trimestre, les dépenses de consommation des ménages en biens sont restées stables, ralentissant par rapport à la hausse de 1,5% du trimestre précédent.

L'institut national de la statistique a parallèlement revu l'évolution du mois de mai en baisse de 0,1 point, à -0,8% contre -0,7% initialement.

Les économistes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur une hausse de 0,1% des dépenses de consommation le mois dernier.

Le repli du mois de juin a notamment été entretenu par le plongeon des dépenses en énergie (-6,3% après -0,8% en mai), lié à un repli des achats de produits raffinés après leur forte hausse de mai "qui avait été stimulée par des achats de précaution lors des mouvements sociaux", souligne l'Insee.

A l'inverse, les achats de biens fabriqués ont légèrement rebondi en juin (+0,3% après -1,7%), notamment sous l'effet d'un rebond modéré des achats de biens durables (+0,4%) et d'une augmentation des dépenses d'habillement (+0,7%).

La consommation de produits alimentaires a de son côté connu une nouvelle hausse en juin (+0,5% après +0,4%).

Sur l'ensemble du deuxième trimestre, le recul des dépenses alimentaires a compensé une consommation en gaz et électricité toujours soutenue, expliquant la stabilité de la consommation des ménages en biens sur la période.

Les achats de biens représentent près de la moitié de la consommation totale des ménages, qui contribue à son tour à un peu plus de la moitié du produit intérieur brut français.

Le dynamisme de la consommation des ménages en début d'année avait alimenté la progression 0,7% du produit intérieur brut (PIB) au premier trimestre, tandis que la croissance a stagné au deuxième trimestre.

(Myriam Rivet, édité par Yann Le Guernigou)

Copyright © 2016 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...