Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Monte Paschi va augmenter son capital de 2,5 milliards d'euros

Marché : Monte Paschi va augmenter son capital de 2,5 milliards d'euros

Marché : Monte Paschi va augmenter son capital de 2,5 milliards d'eurosMarché : Monte Paschi va augmenter son capital de 2,5 milliards d'euros

par James Mackenzie et Silvia Aloisi

ROME (Reuters) - Banca Monte dei Paschi di Siena aura besoin de 2,5 milliards d'euros de capitaux frais pour redresser sa situation financière, soit une augmentation de capital deux fois plus importante qu'initialement prévu et qui, en cas d'échec, condamnerait la banque toscane à la nationalisation.

La troisième banque italienne, plus vieille banque du monde en activité, a fait savoir lundi que son conseil d'administration examinerait le 24 septembre de nouvelles mesures de restructuration destinées à obtenir le feu vert de la Commission européenne aux aides publiques de 4,1 milliards d'euros reçues cette année.

Le nouveau plan, qui comprendra l'appel au marché programmé pour 2014, marque une étape de plus dans les difficiles efforts de redressement du groupe empêtré dans un scandale financier lié à l'acquisition de son concurrent Antonveneta en 2008.

Le montant de l'augmentation de capital projetée, correspondant à la capitalisation actuelle de Monte Paschi et annoncé dimanche soir par le ministère de l'Economie, vient souligner la situation toujours fragile de la banque.

En cas d'échec, une nationalisation deviendrait inévitable pour le plus grand embarras du gouvernement d'Enrico Letta déjà confronté à un endettement public de 2.000 milliards d'euros et qui ne tient nullement à assumer le fardeau de la banque toscane.

"PAS UNE CHANCE"

"Il n'y a pas une chance au monde qu'ils (Monte Paschi) puissent lever 2,5 milliards d'euros sur le marché dans les 12 mois. Ils se dirigent vers une nationalisation", tranche Giuseppe Bivona, un ancien banquier d'investissement de Goldman Sachs et Morgan Stanley qui conseille aujourd'hui l'association de consommateurs Codacons dans son combat judiciaire contre la banque de Sienne.

A la Bourse de Milan, le titre recule de 3,47% à 0,2087 euro vers 12h30.

"Je ne vois pas qui pourrait sortir cet argent tant le montant est important", dit un trader.

Certains analystes jugent que la banque, pour éviter la nationalisation, devrait se résoudre à convertir en actions ses obligations subordonnées déjà émises.

"Ce serait dur pour les détenteurs d'obligations et aussi pour les actionnaires, mais au moins le contribuable n'aurait pas à mettre la main à la poche et ce serait en conformité avec les nouvelles directives pour les aides aux banques", note Fabrizio Bernardi, analyste chez Fidentiis.

L'Union européenne, appelée à se prononcer sur les aides publiques à Monte Paschi, voulait une révision à la hausse du montant de l'augmentation de capital, initialement prévu à 1,0 milliard d'euros.

Le commissaire à la Concurrence Joaquin Almunia, qui a rencontré samedi le ministre de l'Economie Fabrizio Saccomanni en marge d'une conférence à Cernobbio, a affirmé que l'Etat aurait à convertir les aides publiques en participation directe en cas d'échec de l'augmentation de capital.

La banque de Sienne, créée en 1472, est aujourd'hui contrôlée par des fondations liées aux pouvoirs politiques et économiques locaux et une nationalisation viendrait remettre en cause ces équilibres.

La banque a supprimé des milliers d'emplois et fermé des centaines d'agences dans le cadre de sa restructuration, sans pour autant redevenir attractive aux yeux des investisseurs.

En plus de l'augmentation de capital, le plan révisé prévoit de nouvelles réductions de coûts et une réduction graduelle du portefeuille d'obligations du Trésor de Monte Paschi, qui se montait à 29 milliards d'euros à la fin juin.

Après son approbation par le conseil d'administration de Monte Paschi le 24 septembre, le plan sera soumis au gouvernement et à la Banque d'Italie, avant d'être présenté aux autorités européennes. Ce processus devrait prendre deux mois, a précisé le ministère des Finances.

Véronique Tison pour le service français

Copyright © 2013 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...