Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Merck dépasse les attentes malgré la concurrence des génériques

Marché : Merck dépasse les attentes malgré la concurrence des génériques

Marché : Merck & Co bat le consensus au 2e trimestre malgré les génériquesMarché : Merck & Co bat le consensus au 2e trimestre malgré les génériques

par Ransdell Pierson

(Reuters) - Merck & Co a publié mardi des résultats meilleurs que prévu au titre du deuxième trimestre, les ventes de ses nouveaux médicaments ayant en grande partie compensé le repli de ses produits plus anciens concurrencés par les génériques.

Le numéro deux américain de la pharmacie a annoncé un bénéfice de 2,03 milliards de dollars (1,51 milliard d'euros), soit 68 cents par action, d'avril à juin. Ces chiffres sont à comparer avec 906 millions de dollars, soit 30 cents par action, sur la même période de l'an dernier, lorsque Merck avait passé d'importantes provisions pour acquisitions et restructuration.

Hors éléments exceptionnels, Merck a réalisé un bénéfice de 85 cents par action. Les analystes attendaient en moyenne 81 cents par action, selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S.

Le chiffre d'affaires s'est tassé de 1% à 10,93 milliards de dollars, tout en dépassant le consensus qui était de 10,6 milliards.

A Wall Street, l'action avance de 1,48% à 58,83 dollars vers 15h25 GMT.

Le groupe a resserré sa fourchette de prévision pour l'ensemble de l'exercice, tablant désormais sur un bénéfice par action compris entre 3,43 et 3,53 dollars par action au lieu d'une fourchette précédente de 3,35-3,53 dollars.

Merck compte sur des produits expérimentaux, notamment un traitement contre le cancer appelé pembrolizumab, pour tirer sa croissance et ses ventes dans les prochaines années, a déclaré le directeur général Kenneth Frazier lors d'une conférence téléphonique avec les analystes.

Le groupe compte commercialiser le pembrolizumab d'ici la fin octobre pour le traitement du mélanome et a aussi lancé des essais pour voir ses effets sur les cancers du poumon, du cerveau et de la vessie. Il mise aussi sur le Suvorexant, un traitement de l'insomnie qu'il espère pouvoir commercialiser en fin d'année ou en 2015 s'il obtient enfin son autorisation de mise sur le marché.

"Merck devrait connaître une nouvelle année moyenne en 2014 en termes de performance financière mais ensuite sa croissance sera plus consistante", grâce à ces nouveaux produits, relève Tim Anderson, analyste chez Sanford Bernstein, dans une note de recherche.

ACQUISITIONS CIBLÉES

Au deuxième trimestre, les meilleures performances sont venues des marques grand public, comme le laxatif MiraLax ou le vaporisateur nasal Afrin contre le rhume, qui ont vu leur chiffre d'affaires augmenter de 19% à 583 millions de dollars. Les ventes du traitement Isentress contre le VIH ont progressé de 10% à 453 millions de dollars, et celles du Remicade contre l'arthrite de 15% à 607 millions.

A l'inverse, les ventes des médicaments vendus sous ordonnance ont reculé de 2% à 1,9 milliard de dollars, avec notamment une chute de 21% à 258 millions pour le Nasonex, un produit phare de Merck désormais concurrencé par un générique.

Les ventes cumulées des deux principaux médicaments de Merck, les anti-diabétiques Januvia et Janumet, ont progressé de 2% à 1,58 milliard de dollars, une croissance ralentie du fait de la concurrence de nouveaux produits oraux.

Merck, comme d'autres groupes pharmaceutiques, a été actif sur le front des fusions et acquisitions au deuxième trimestre.

Le 6 mai, il a annoncé la cession de sa division grand public à l'allemand Bayer pour 14,2 milliards de dollars, opération qu'il compte boucler au deuxième semestre de cette année et qui devrait lui permettre d'investir dans l'acquisition de nouvelles molécules.

Un mois plus tard, le 9 juin, Merck a annoncé le rachat de son compatriote Idenix Pharmaceuticals pour 3,85 milliards de dollars, misant notamment sur de nouveaux traitements contre l'hépatite C.

Le groupe n'est pas intéressé par de grosses opérations de croissance externe et recherche plutôt des acquisitions ciblées comme celle d'Idenix, a noté Kenneth Frazier lors de la conférence téléphonique.

Les résultats de Merck au deuxième trimestre 2013 incluaient des provisions de 1,77 milliard de dollars pour des acquisitions et une charge de 278 millions pour restructuration.

(Juliette Rouillon et Véronique Tison pour le service français)

Copyright © 2014 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...