Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Manuel Valls veut une autre politique monétaire en Europe

Marché : Manuel Valls veut une autre politique monétaire en Europe

Marché : Manuel Valls demande une autre politique monétaire en EuropeMarché : Manuel Valls demande une autre politique monétaire en Europe

PARIS (Reuters) - Manuel Valls a de nouveau appelé samedi de ses voeux une autre politique monétaire en Europe, plus favorable à la croissance, et souhaité pour cela l'avènement d'une majorité de gauche au Parlement européen lors des élections européennes du 25 mai.

Le président français, François Hollande, prendra des initiatives en faveur d'une telle réorientation de la politique monétaire de la zone euro après ce scrutin, a-t-il réaffirmé.

Le Premier ministre concluait un rassemblement de jeunes militants de gauche européens à l'initiative du Mouvement des jeunes socialistes français, à Nogent-sur-Marne, près de Paris.

Les "politiques conservatrices" conduites, selon lui, ces dernières années par l'Union européenne ont "nui à la croissance et à l'emploi", a-t-il déclaré.

"L'élection du 25 mai est donc fondamentale", a-t-il poursuivi. "Avec une majorité de gauche au Parlement, nous aurons les moyens de réorienter, de changer le projet européen, car l'Europe ne peut pas se résumer à la seule surveillance des Etats membres ou à une simple coordination des politiques nationales."

"Il nous faut changer son logiciel", a-t-il ajouté. "Le rôle de l'Europe, c'est d'accompagner les efforts des nations et d'agir en complément du sérieux budgétaire des Etats (...), c'est de créer les conditions de la croissance, de l'emploi, de relancer ainsi l'économie."

Il a ainsi estimé que les décisions des Etats devaient être "accompagnées par des évolutions de la politique monétaire" de la zone euro.

L'euro est certes une "chance" et il faut en convaincre ceux qui en doutent et pourraient être tentés d'entendre le message de ceux qui veulent "détruire" la monnaie commune - allusion notamment au Front national - a fait valoir Manuel Valls.

"JE FERAI CAMPAGNE"

"Mais il nous faut aujourd'hui une politique monétaire plus adaptée car le niveau de l'euro est trop élevé", a-t-il ajouté. "Il faut un changement majeur qui fasse de notre monnaie davantage un outil au service de la croissance et de l'emploi, au service des peuples."

Manuel Valls, en délicatesse avec une partie de sa majorité qui lui reproche de faire la part trop belle à la réduction des déficits publics et aux baisses de charge pour les entreprises, s'est fait applaudir plusieurs fois.

Cela a notamment été le cas quand il a plaidé pour "une Europe plus sociale", la généralisation du salaire minimum dans les pays membres de l'Union européenne ou l'adoption d'une taxe sur les transactions financières.

Face au risque de percée des populistes, des extrêmes et autres eurosceptiques qui accusent l'Europe "de tout pour la mettre en cause, pour ébranler et même détruire ses fondements, ses valeurs", il a lancé un appel à la mobilisation des électeurs et en particulier des électeurs de gauche.

"L'Europe, c'est notre destin commun et le 25 mai il faut aller voter pour dire que c'est notre destin", a-t-il dit.

La plupart des observateurs prédisent au PS au pouvoir en France une nouvelle déroute électorale après celle des municipales de mars.

Selon un sondage BVA pour i

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...