Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Madrid appelle la BCE à améliorer l'accès au crédit des PME

Marché : Madrid appelle la BCE à améliorer l'accès au crédit des PME

Marché : Madrid appelle la BCE à améliorer l'accès au crédit des PMEMarché : Madrid appelle la BCE à améliorer l'accès au crédit des PME

par Julien Toyer

MADRID (Reuters) - Le président du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, a exhorté lundi la Banque centrale européenne (BCE) à améliorer l'accès au crédit des petites et moyennes entreprises, y compris en modifiant les règles sur les collatéraux.

L'Espagne s'efforce depuis quelque temps d'obtenir que la BCE intervienne pour réduire l'écart entre les coûts de financement des entreprises allemandes et celles des pays périphériques de la zone euro.

Or les marchés anticipent une baisse des taux de la BCE lors de sa prochaine réunion monétaire jeudi, mais nul ne sait si elle annoncera d'autres mesures en faveur du financement des entreprises.

En attendant, l'Espagne et l'Allemagne ont pris les devants en annonçant la création d'un programme commun destiné à encourager les investissements dans les entreprises espagnoles.

Le ministre espagnol de l'Economie, Luis de Guindos, recevant à Madrid son homologue allemand Wolfgang Schaüble, a annoncé que ce programme, financé par les pouvoirs publics, ciblerait en particulier les PME.

Les détails du plan restent toutefois à négocier.

"IL EST POSSIBLE DE FAIRE PLUS"

Pour Mariano Rajoy, le programme de rachats d'obligations souveraines (OMT) de la BCE a aidé les grands groupes à retrouver un accès aux marchés financiers mais il faut faire davantage pour les petites et moyennes entreprises.

"Des choses ont été faites mais il est possible de faire plus", a-t-il dit. "Pour les PME, en modifiant les collatéraux ou en promouvant d'autres formes d'aides et d'opérations par les banques, comme cela a pu être fait dans d'autres pays avec leurs banques centrales.".

Les PME représentent plus de la moitié des emplois en Espagne, où un quart de la population active est au chômage.

La BCE a assoupli l'an dernier ses règles en matière de collatéraux (les actifs apportés par les banques en garantie des financements obtenus de la BCE), autorisant les banques centrales nationales à accepter des demandes de crédit avec des critères plus généreux, mais les économistes s'accordent à dire que ce programme n'a pas produit beaucoup de résultats.

L'assouplissement des règles ne supprime pas les risques de crédit pour les banques mais leur permet d'utiliser plus tard ces prêts pour obtenir des fonds auprès de la BCE, ce qui est censé les encourager à prêter.

La BCE applique toutefois une décote moyenne de 53% sur ces prêts, que certains économistes jugent trop dissuasive en l'état actuel.

Parmi d'autres options étudiées figure la possibilité pour la Banque européenne d'investissement d'apporter des garanties de crédit à des entreprises à la recherche de financements pour un projet ou une commande en particulier.

Avec Sakari Suoninen à Francfort et Jan Strupczewski à Bruxelles, Véronique Tison pour le service français, édité par Marc Angrand

Copyright © 2013 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...