Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Les valeurs suivies à la clôture de la Bourse de Paris

Marché : Les valeurs suivies à la clôture de la Bourse de Paris

Marché : Les valeurs suivies à la clôture de la Bourse de ParisMarché : Les valeurs suivies à la clôture de la Bourse de Paris

PARIS (Reuters) - Les valeurs du jour vendredi à la Bourse de Paris où l'indice CAC 40 s'est retourné à la hausse en fin de séance et a clôturé sur un gain de 0,36% à 4.675,13 points, son plus haut du jour, au terme d'une semaine éprouvante. Les marchés d'actions ont dévissé en début de semaine sur une montée des craintes entourant l'économie chinoise puis se sont repris, rassurés la Fed et par une révision en forte hausse de la croissance américaine au deuxième trimestre.

Le CAC 40 a gagné 0,95% sur la semaine.

* Les pétrolières et les matériaux de base ont fini dans le peloton de tête du CAC 40, portés par la hausse des cours du pétrole brut et des métaux.

TECHNIP (+3,58% à 49,045 euros), TOTAL (+2,49% à 41,18 euros) et ARCELORMITTAL (2,44% à 7,252 euros), ont signé les trois plus fortes hausses du CAC 40.

* Hors CAC 40, ERAMET a bondi de 5,23% à 49,89 euros et fini en tête des hausses du SBF 120, soutenue par l'intérêt du milliardaire Carl Icahn pour le secteur minier, l'investisseur activiste ayant révélé détenir 8,5% du capital du groupe minier Freeport-McMoran.

* MAUREL & PROM a gagné 2,96% à 4,829 euros après avoir clairement marqué son intention de participer à la consolidation du secteur pétrolier et annoncé l'absorption de son ancienne filiale, MPI (+9,92% à 2,77 euros).

* BOUYGUES a ajouté 2,34% (33,875 euros) aux 4,96% gagnés la veille. La branche télécoms du groupe, par ailleurs fortement présent dans le BTP et les médias, a permis au conglomérat de dégager des résultats semestriels meilleurs qu'attendu.

* BOLLORÉ (+2,79% à 4,788 euros), HAVAS (+1,10% à 7,34 euros) et BLUE SOLUTIONS (+12,72% à 25,35 euros) ont été portés par la publication la veille de leurs résultats semestriels jugés solides.

* PUBLICIS a pris 1,0% à 63,38 euros. Citigroup a relevé son conseil sur la valeur de "neutre" à "acheter", le broker estimant notamment que le niveau de marge pourrait remonter sur fond d'économies de coûts et de stabilisation de la croissance.

* Parmi les VALEURS CYCLIQUES, l'automobile a subi la plus forte correction. PSA a lâché 1,36% à 15,585 euros, VALEO 1,35% à 113,653 euros, MICHELIN 1,17% à 86,68 euros, RENAULT 0,42% à 75,82 euros.

* VIVENDI (-1,87% à 22,3 euros) a accusé la plus forte baisse de l'indice CAC 40. Citigroup a abaissé son conseil sur le titre de "neutre" à "vendre" compte tenu d'une rentabilité négative de la valeur.

* INGENICO (-7,9% à 111,4 euros) a accusé la plus forte baisse du SBF 120 sur des informations de presse selon lesquelles le spécialiste français des services de paiement a soumis une offre pour le rachat du britannique Worldpay.

* Autre acteur de ce secteur, GEMALTO (-3,04% à 62,82 euros) a accusé la deuxième plus forte baisse du SBF 120 au lendemain d'une chute de 12,27% jeudi consécutive à l'annonce de marges nettement en deçà des attentes du fait de la baisse des ventes des produits et services liés aux paiements mobiles aux Etats-Unis.

* NEXANS a pris 2,34% à 35,25 euros. HSBC a entamé la couverture de la valeur en conseillant d'"acheter" le titre avec un objectif de cours de 41 euros.

* HERMÈS INTERNATIONAL (-1,38% à 317,500 euros) a indiqué vouloir maintenir sa stratégie en Chine, confrontée au ralentissement économique, et surveille dans le même temps l'évolution du marché 'retail' aux Etats-Unis qui a pâti du dollar fort.

* RENTABILIWEB (+6,02% à 7,05 euros) a fini parmi les plus fortes hausses de l'indice CAC Mid & Small dans des volumes étoffés, le marché saluant l'accélération de la croissance au deuxième trimestre du spécialiste de la monétisation des audiences numériques internet et mobile.

* ETAM a chuté de 5,32% à 45,94 euros après avoir fait état jeudi d'une baisse de 22,7% de son résultat opérationnel courant et d'un recul de 1,5 point de son taux de marge brute (57,2%). Le groupe a été affecté par des provisions, une augmentation sensible des démarques en Europe ou encore l'impact négatif de l'écoulement en Chine des stocks résiduels.

(Raoul Sachs, Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Cyril Altmeyer)

Copyright © 2015 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...