Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Les valeurs suivies à la clôture de la Bourse de Paris

Marché : Les valeurs suivies à la clôture de la Bourse de Paris

Marché : Les valeurs suivies à la clôture de la Bourse de ParisMarché : Les valeurs suivies à la clôture de la Bourse de Paris

PARIS (Reuters) - Les valeurs du jour vendredi à la Bourse de Paris qui a fini en hausse, soutenue par l'annonce d'une croissance plus forte que prévu en Allemagne au quatrième trimestre et les espoirs d'un accord sur la dette grecque.

L'indice CAC 40 a pris 0,7% à 4.759,36 points, portant à 1,46% son gain sur l'ensemble de la semaine.

* Les BANQUES de la zone euro (+3,05%) ont une nouvelle fois été tirées par les établissements grecs (+12,7%).

CREDIT AGRICOLE (+5,56% à 11,965 euros) a fini en tête des hausses du CAC 40, SOCIETE GENERALE a gagné 4,05% à 38,40 euros et BNP PARIBAS 2,46% à 48,41 euros. NATIXIS s'est octroyé 3,08% à 6,116 euros.

* De nombreuses CYCLIQUES ont profité de la publication des chiffres du produit intérieur brut allemand.

RENAULT, dont les résultats annuels publiés la veille ont également été salués par les analystes, a encore grimpé de 2,78% à 79,35 euros, GEMALTO a progressé de 2,49% à 70,73 euros et SOLVAY de 1,43% à 124 euros.

* Le SECTEUR des RESSOURCES de BASE (+3,34%, plus forte hausse sectorielle en Europe) a profité des publications d'ARCELORMITTAL (+5,01% à 9,573 euros), qui a réduit son endettement net, et d'APERAM (+14,52% à 29,805 euros, plus forte hausse du SBF 120), qui a fait état d'un excédent brut d'exploitation (Ebitda) supérieur aux attentes au quatrième trimestre 2014.

* En revanche, ALCATEL-LUCENT (-1,18% à 3,428 euros) a accusé la plus forte baisse du CAC 40, la valeur ayant buté contre une résistance technique autour de 3,50 euros.

* L'OREAL a lâché 1,17% à 156,05 euros. Plombé par la contre-performance de sa division de produits grands public (Maybelline, L'Oréal Paris, Garnier) aux Etats-Unis et en Chine, le groupe de cosmétiques a signé en 2014 une croissance organique limitée à 3,7%, la plus faible depuis 2009.

* KORIAN-MEDICA (-3,14% à 33,145 euros) a accusé la plus forte baisse du SBF 120. Le spécialiste de la prise en charge des personnes âgées a fait état d'une publication annuelle "sans grande surprise" pour les analystes.

* EDENRED a encore perdu 2,48% à 24,345 euros au lendemain d'une baisse de plus de 2% après des résultats 2014 lourdement touchés par les changes.

* AIR FRANCE-KLM a lâché 2,26% à 7,174 euros. Air France a détaillé un nouveau plan de 500 suppressions de postes au sol et 300 chez les hôtesses et stewards ainsi que des mesures de modération salariale. Les pilotes ne sont pas concernés, dit-on de sources syndicales.

* NEXANS (+12,7% à 32,745 euros) a réduit de moitié sa perte annuelle en 2014 et s'est fixé pour seul objectif 2015 de poursuivre sa transformation et ses réductions de coûts pour redresser durablement sa rentabilité.

* DASSAULT AVIATION a bondi de 7,14% à 1.252,45 euros. Le président François Hollande a confirmé un accord avec l'Egypte pour la vente de 24 avions de combat Rafale, le premier à l'export pour l'appareil, en estimant que cela pourrait inciter d'autres pays à sauter le pas.

* BOLLORÉ (+4,26% à 4,428 euros) a annoncé un léger recul de son chiffre d'affaires, pénalisé par son activité de logistique pétrolière consécutive à la baisse des prix des produits pétroliers et des volumes vendus.

* HAVAS (+4,2% à 7,93 euros) a fait état d'une nette accélération de sa croissance en 2014, tirée par des gains de nouveaux budgets et par le dynamisme du Royaume-Uni et des pays émergents.

* KLÉPIERRE (+2,55% à 44,295 euros), qui a vu ses revenus locatifs progresser de 3% l'an dernier, ne s'attend pas à une amélioration de l'activité dans ses centres commerciaux en 2015 mais vise néanmoins une amélioration de son cash flow net courant.

* IMERYS s'est adjugé 2,46% à 66,28 euros après avoir atteint son objectif de progression de son résultat opérationnel courant en 2014, ce qui s'accompagne d'une progression de sa marge.

* LATECOERE a reculé de 7,24% à 10,50 euros, des investisseurs sanctionnant un manque de visibilité sur la situation financière du groupe malgré les espoirs de la société de parvenir à un accord avec ses créanciers sur la restructuration de la dette d'ici à la publication de ses résultats annuels. Celle-ci doit intervenir au plus tard le 30 avril.

(Alexandre Boksenbaum-Granier, Raoul Sachs, édité par Matthias Blamont)

Copyright © 2015 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...