Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Les valeurs suivies à la clôture de la Bourse de Paris

Marché : Les valeurs suivies à la clôture de la Bourse de Paris

Marché : Les valeurs suivies à la clôture de la Bourse de ParisMarché : Les valeurs suivies à la clôture de la Bourse de Paris

PARIS (Reuters) - Les valeurs du jour vendredi à la Bourse de Paris, qui a clôturé en hausse, soutenue par les résultats d'ArcelorMittal sur fond de poursuite des politiques monétaires ultra-accommodantes des principales banques centrales internationales.

L'indice CAC 40 a fini en hausse de 0,64% à 3.953,83 points, portant à 1,04% son gain sur la semaine. Le potentiel de hausse à court terme du CAC 40 semble cependant limité aux yeux d'analystes graphiques alors que l'indice approche d'une zone de résistance très forte et que la dynamique acheteuse s'essouffle.

* ARCELORMITTAL (+4,16% à 10,095 euros) a signé la plus forte hausse du CAC 40 dans des volumes ayant représenté 1,8 fois leur moyenne quotidienne des trois derniers mois, le sidérurgiste ayant coupé court aux craintes d'un "profit warning" et maintenu ses objectifs annuels grâce à de fortes réductions de coûts en Europe.

Dans son sillage, APERAM, détenue à près de 41% par la famille Mittal selon des données Thomson Reuters, a pris 2,9% à 10,04 euros.

* Le SECTEUR TÉLÉCOM européen (+2,11%) a enregistré la meilleure performance sectorielle en Europe dans le sillage de l'opérateur britannique BT (+12,3%), qui a relevé ses prévisions de résultats au vu de solides performances sur son quatrième trimestre clos fin mars.

FRANCE TÉLÉCOM a pris 2% à 8,355 euros.

* Les VALEURS offrant un profil DÉFENSIF ont dans leur ensemble été, une nouvelle fois, recherchées, l'intérêt pour ces titres dans un environnement économique dégradé l'emportant dans les choix d'investissement sur des niveaux de valorisations jugés élevés par les analystes.

SANOFI s'est octroyé 2,46% à 85,13 euros, EDF 1,58% à 17,98 euros, ESSILOR INTERNATIONAL 1,05% à 87,84 euros et DANONE 0,86% à 58,52 euros. L'indice Stoxx du secteur européen de la santé a pris 1,17% et celui des Utilities 0,37%.

* RENAULT a avancé de 2,12% à 52,40 euros, porté par la publication de son partenaire Nissan, qui anticipe une hausse de 22,6% de son bénéfice net pour l'exercice fiscal en cours, à la faveur de la baisse du yen.

* A rebours de tendance, GEMALTO (-3,27% à 58,20 euros) a accusé la plus forte baisse du CAC 40 et du SBF 120 dans des volumes ayant représenté 2,3 fois leur moyenne quotidienne des trois derniers mois.

Morgan Stanley a abaissé sa recommandation sur la valeur, de "pondération en ligne" à "sous-pondérer" le broker jugeant les prévisions de croissance organique du consensus trop optimistes.

* Les BANQUES de la zone euro (-0,47%) ont souffert sur fond de défiance vis-à-vis du secteur étant donné son exposition à la situation financière des Etats européens, les créances douteuses détenues par les banques italiennes ayant d'ailleurs connu en mars leur plus forte hausse sur un an depuis décembre 2011.

En outre, le président de la Réserve fédérale Ben Bernanke a prévenu que le système bancaire occulte ("shadow banking") restait une menace pour la stabilité financière.

SOCIÉTÉ GÉNÉRALE a lâché 2% à 30,065 euros, CRÉDIT AGRICOLE 1,89% à 6,912 euros alors que BNP PARIBAS, jugée plus solide, a fini en hausse de 0,29% à 44,67 euros.

* VALLOUREC a cédé 1,31% à 41,30 euros après la décision de Pékin d'ouvrir une enquête contre les fabricants européens, américains et japonais de tubes d'acier sans soudure, accusés par un concurrent chinois de dumping.

* SOLVAY a lâché 1,14% à 117,15 euros avant la publication de ses résultats trimestriels lundi pour laquelle les analystes interrogés par Reuters anticipent une baisse de 19% du résultat opérationnel du groupe de chimie.

* PAGESJAUNES a progressé de 6,41% à 1,66 euro, la valeur signant la plus forte progression du SBF 120 après avoir franchi à la hausse une ligne de tendance baissière passant par 1,58 euro.

* De même, ISPOS (+3,65% à 28,235 euros) a franchi à la hausse sa moyenne mobile à 50 jours (à 27,54 euros) après avoir oscillé autour de celle à 200 jours cette semaine (à 26,998 euros vendredi).

Alexandre Boksenbaum-Granier et Raoul Sachs, édité par Matthieu Protard

Copyright © 2013 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...