Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Les valeurs du jour à la clôture de la Bourse de Paris

Marché : Les valeurs du jour à la clôture de la Bourse de Paris

Marché : Les valeurs du jour à la clôture de la Bourse de ParisMarché : Les valeurs du jour à la clôture de la Bourse de Paris

PARIS (Reuters) - Les valeurs du jour à la Bourse de Paris, qui a clôturé en baisse comme les autres places européennes avec la perspective d'une réduction des rachats d'actifs de la Réserve fédérale américaine dès cette année et une nouvelle contraction de l'activité manufacturière en Chine, au plus bas de 9 mois selon l'indice PMI flash HSBC.

L'indice CAC 40 a cédé 3,66% à 3.698,93 points, plombé également par le rebond inattendu de l'activité industrielle de la région de Philadelphie en juin alors que la Fed a conditionné son action à l'amélioration de la situation économique américaine :

* Les valeurs CYCLIQUES et liées au LUXE ont pâti du recul de l'indice PMI chinois, auquel s'ajoute la faiblesse persistante de l'activité économique en Allemagne et en France au vu des PMI flash de la zone euro.

PERNOD RICARD a abandonné 4,85% à 85,36 euros, LVMH 3,64% à 122,95 euros et RÉMY COINTREAU 3,54% à 80,84 euros. Rémy Cointreau a par ailleurs annoncé la désignation de son directeur financier Frédéric Pflanz pour remplacer Jean-Marie Laborde à la tête du groupe le 1er octobre

RENAULT a glissé de 6,75% à 53,49 euros, STMICROELECTRONICS de 4,94% à 7,074 euros et LAFARGE de 3,96% à 47,765 euros. L'indice STOXX de l'automobile (-4,3%) a accusé la plus forte baisse sectorielle en Europe et celui des ressources de base a perdu 3,9%.

* Les VALEURS BANCAIRES ont également perdu du terrain, pénalisées par la perspective d'un début de modération des injections de liquidités de la Fed mais aussi par les interrogations de certains investisseurs quant aux règles de recapitalisation directe des banques par le Mécanisme européen de stabilité (MES) que doivent définir les ministres des Finances de la zone euro.

SOCIÉTÉ GÉNÉRALE a lâché 4,39% à 27,54 euros, BNP PARIBAS 4,28% à 41,795 euros et CRÉDIT AGRICOLE 3,41% à 6,637 euros. L'indice Stoxx du secteur européen a reculé de 3,64% et les banques grecques de 4,38%.

* FNAC (-13,64% à 19 euros par rapport à son cours de référence de 22 euros) a accusé la plus forte baisse du CAC 40 et du SBF 120 au premier jour de sa cotation. Le titre du distributeur de produits culturels, scindé de KERING (ex-PPR) (-2,95% à 152,75 euros), sortira de l'indice CAC 40 après la clôture du marché vendredi soir.

* CARREFOUR (-6,06% à 20,635 euros) et CASINO (-4,49% à 70,55 euros) ont été pénalisées par les manifestations au Brésil, où les deux distributeurs réalisent une part importante de leur activité.

* LEGRAND (-0,01% à 36,245 euros) n'aura finalement pas résisté à la baisse généralisée du marché après avoir été la seule valeur du CAC 40 en hausse durant une grande partie de la séance.

Le titre a toutefois été soutenu par une note d'Exane, qui a relevé son conseil sur la valeur de "neutre" à "surperformance" et son objectif de cours de 38 à 43 euros, le broker soulignant notamment une amélioration de la dynamique pour le groupe "idéalement" positionné pour tirer profit de la baisse des cours des matières premières.

* ALCATEL-LUCENT (-0,6% à 1,489 euro) a également essayé de résister une grande partie de la journée, le plan stratégique à trois ans dévoilé la veille par le nouveau directeur de l'équipementier télécoms, Michel Combes, recevant un accueil favorable auprès de nombreux analystes.

* VIRBAC (+0,802% à 157,05 euros) a signé la plus forte des rares hausses du SBF 120, la valeur rebondissant sur un support technique situé entre 155 et 156 euros après un rebond mardi sur sa moyenne mobile à 200 jours (alors à 154,05 euros).

* SODEXO a avancé de 0,42% à 66,54 euros alors qu'UBS a repris la couverture du titre avec une recommandation à l'achat et un objectif de cours de 75 euros, le broker estimant que les cours actuels reflètent un trop grand pessimisme sur les marges du groupe.

* EUROTUNNEL a fini en baisse de 12,27% à 5,492 euros après que la Commission européenne a donné à Paris et Londres deux mois pour répondre à sa demande de diminution des tarifs de l'Eurostar, faute de quoi elle pourrait saisir la justice.

Alexandre Boksenbaum-Granier et Constance de Cambiaire, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2013 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...