Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Les valeurs à suivre à mi-séance à la Bourse de Paris

Marché : Les valeurs à suivre à mi-séance à la Bourse de Paris

Marché : Les valeurs à suivre à mi-séance à la Bourse de ParisMarché : Les valeurs à suivre à mi-séance à la Bourse de Paris

PARIS (Reuters) - Les valeurs à suivre lundi à la Bourse de Paris, en hausse à la mi-journée, soutenue par la croissance chinoise au deuxième trimestre dont le ralentissement est jugé moins fort que prévu.

A 12h55, l'indice CAC 40 avance de 0,29% à 3.866,31 points:

* CARREFOUR (+1,5%) signe la plus forte hausse du CAC 40, Barclays, qui a relevé son conseil sur le titre de "pondération en ligne" à "surpondérer", estimant que le point d'entrée est intéressant sur la valeur après sa récente pause.

* Les BANQUES EUROPEENNES (+0,15%) avancent alors qu'UBS (+0,24%) pourrait prendre 17% de Commerzbank (+3,22%) et que SEB (+2,56%) a dégagé un bénéfice meilleur qu'attendu au titre du deuxième trimestre.

BNP PARIBAS s'inscrit en hausse de 0,86%, SOCIETE GENERALE de 0,73% et CREDIT AGRICOLE de 0,42%. Hors CAC, NATIXIS, qui n'exclut pas de procéder à des licenciements dans le cadre de la nouvelle version de son projet d'accord sur l'emploi selon Les Echos, grimpe de 1,31%.

* De nombreuses VALEURS CYCLIQUES profitent de la publication de la croissance chinoise ressortie à 7,5% au deuxième trimestre.

LEGRAND grimpe de 1,2%, LAFARGE de 1,19%, STMICROELECTRONICS de 1,19% et SAINT-GOBAIN de 1,05%. L'indice Stoxx du secteur technologique européen gagne 0,51% et celui des ressources de base 0,14%.

CAPGEMINI (+1,3%) bénéfice également d'un relèvement de recommandation de Crédit suisse de "neutre" à "surperformance", le broker estimant que le groupe de services informatiques pourrait dégager un taux de croissance annuel composé de 16% sur trois ans s'il décide de retourner du cash aux actionnaires au cours de la même période.

* RENAULT (-1,18%) accuse la plus forte baisse du CAC 40. Certains investisseurs s'inquiètent de la situation du marché automobile pour lequel le constructeur a abaissé vendredi ses prévisions, passées alors inaperçues en raison des résultats trimestriels de Daimler (-1,59%), sur fond de guerre des prix. et

L'indice Stoxx du secteur automobile recule de 0,48%, plus forte baisse sectorielle en Europe.

* ARCELORMITTAL perd 1,09% et APERAM 1,72% dans le sillage des cours du cuivre (-0,6%), les investisseurs se montrant prudents malgré la Chine sur le marché des métaux dans l'attente de l'audition mercredi de Ben Bernanke, président de la Réserve fédérale, par la commission des Services financiers de la Chambre des représentants.

* EDF abandonne 1,18%. Des militants de Greenpeace ont pénétré à l'aube sur le site de la centrale nucléaire du Tricastin (Drôme), dont ils demandent la fermeture, et posé ainsi une nouvelle fois la question de la sécurité de ce type d'installation stratégique.

* SCHNEIDER ELECTRIC cède 0,57%. Les analystes n'excluent pas une surenchère pour la reprise d'Invensys, objet d'une OPA amicale de Schneider, la presse britannique dominicale ayant évoqué la possibilité d'une contre-offre de la part de GE.

* VIRBAC lâche 2,06%, plus forte baisse du SBF 120. Gilbert Dupont estime dans une note avant la publication du chiffre d'affaires semestriel du groupe jeudi que le deuxième trimestre ne devrait pas être marqué par une nette amélioration du marché de la santé animale après une performance décevante lors des trois premiers mois de l'année.

* AIR FRANCE-KLM perd 0,89%. HSBC a abaissé sa recommandation à "neutre" contre "surpondérer" et a ramené de 10 à 7,5 euros sur le titre, le broker soulignant la faiblesse des chiffres sur le trafic du mois de juin.

* IMERYS (+3,13%) enregistre la plus forte hausse de l'indice SBF 120, le titre du spécialiste des minéraux industriels ayant franchi plusieurs résistances techniques importantes sur fond d'accélération de la dynamique acheteuse.

* ALTRAN TECHNOLOGIES s'octroie 2,92%, le groupe de conseil en technologies ayant levé 135 millions d'euros sous la forme d'une émission obligataire placée auprès d'un nombre restreint d'investisseurs institutionnels.

Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Jean-Michel Bélot

Copyright © 2013 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...