Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Les valeurs à suivre à la mi-séance à la Bourse de Paris

Marché : Les valeurs à suivre à la mi-séance à la Bourse de Paris

Marché : Les valeurs à suivre à la mi-séance à la Bourse de ParisMarché : Les valeurs à suivre à la mi-séance à la Bourse de Paris

PARIS (Reuters) - Les valeurs à suivre lundi à la Bourse de Paris, soutenue à la mi-journée par le secteur des télécoms dont les perspectives de consolidation s'accroissent encore après que Bouygues Telecom a engagé des négociations exclusives avec son concurrent Free en vue de lui céder l'intégralité de son réseau mobile.

A 12h58, l'indice CAC 40 gagne 0,59% à 4.392,09 points.

* Aux Telecoms, BOUYGUES grimpe de 8,76%, ORANGE de 3,22% et VIVENDI de 1,5%, plus fortes hausses du CAC 40.

ILIAD, qui a également enregistré une progression de ses résultats financiers l'an dernier, s'envole de 12,4%, plus forte hausse du SBF 120, dans des volumes représentant 3,8 fois leur moyenne quotidienne des trois derniers mois sur NYSE Euronext, après avoir touché en matinée un plus haut historique à 222,85 euros.

Bouygues Telecom prévoit de vendre à Iliad, maison mère de Free, la totalité de ses 15.000 antennes ainsi qu'un ensemble de fréquences mobiles dans le cadre d'une transaction dont le montant pourrait atteindre 1,8 milliard d'euros, un projet qui pourrait permettre à Free de changer d'un coup de dimension mais est conditionné à la possibilité pour Bouygues de prendre le contrôle de SFR, filiale de Vivendi.

A contrario, NUMERICABLE, qui a soumis une offre concurrente sur SFR, dégringole de 12,77%, le marché estimant que l'initiative de Bouygues pourrait réduire les chances de la filiale d'ALTICE (-9% à Amsterdam) de l'emporter.

* ALCATEL-LUCENT (+1,34%) a remporté un contrat qu'il estime à plusieurs centaines de millions de dollars en vue de déployer un nouveau système de câbles sous-marins à très haut débit entre la France et le Sri Lanka.

* TOTAL est en hausse de 1,29%. Des analystes soulignent la qualité des fondamentaux du groupe et ses perspectives de résultats.

* Les BANCAIRES sont entourées. Des analystes relèvent le redressement des bilans des banques françaises et la baisse des coûts de financement de banques de pays dits périphériques.

CREDIT AGRICOLE gagne 1,18%, BNP PARIBAS 0,89%, SOCIETE GENERALE 0,79% et l'indice Stoxx du secteur bancaire de la zone euro 0,71%.

* SANOFI s'adjuge 1,26%. Dans une note, Barclays continue de conseiller de surpondérer la valeur avec un objectif de cours porté de 80 à 95 euros. Le broker anticipe un retour de la confiance dans les moteurs de la croissance sous-jacente de la valeur cette année.

* GDF SUEZ avance de 1,09%. JPMorgan estime dans une note que la valeur offre des possibilités de croissance supérieure, le broker soulignant notamment un dividende attrayant.

* SOITEC (+6,76% à 2,37 euros) reste surachetée et rebondit sur un support technique vers 2,2 euros.

* EURAZEO s'inscrit en hausse de 5,05% dans des volumes équivalents (103%) à ceux réalisés en moyenne sur une séance complète au cours des trois derniers mois sur NYSE Euronext, la société d'investissement profitant d'une note d'Exane BNP Paribas qui relève son conseil sur la valeur de "neutre" à "surperformer" et juge excessive la décote du titre.

* A rebours de tendance, AIRBUS lâche 1,81%, plus forte baisse du CAC 40, l'action du groupe d'aéronautique et de défense pâtissant depuis la fin de la semaine dernière d'un euro repassé au-dessus de 1,38 dollar pour se rapprocher de 1,39 dollar contre près de 1,37 dollar fin février.

* Les GROUPES PARAPETROLIERS subissent le recul des cours de l'or noir (-1,2% pour le baril de brut léger américain) pénalisés par des statistiques décevantes sur le commerce extérieur chinois.

CGG cède 1,82%, TECHNIP 0,89% et VALLOUREC 0,29%.

* De nombreuses CYCLIQUES sont pénalisées par la publication de la statistique chinoise, à l'image de PLASTIC OMNIUM (-1,84%, plus forte baisse du SBF 120), de GEMALTO (-1,48%) ou de SOLVAY (-1,23%).

* NEOPOST (-1,68% à 58,35 euros) reste sous pression depuis l'abaissement de l'objectif de marge de sa division Neopost Integrated Operations (NIO) la semaine dernière, la valeur se reposant sur un support technique vers 58 euros.

(Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Dominique Rodriguez)

Copyright © 2014 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...