Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Les valeurs à suivre à la mi-séance à la Bourse de Paris

Marché : Les valeurs à suivre à la mi-séance à la Bourse de Paris

Marché : Les valeurs à suivre à la mi-séance à la Bourse de ParisMarché : Les valeurs à suivre à la mi-séance à la Bourse de Paris

PARIS (Reuters) - Les valeurs à suivre mardi à la Bourse de Paris où le CAC 40, à l'instar des grands indices boursiers, progresse à la mi-séance (+0,61% à 4.262,83 points à 13h12) alors que les investisseurs n'attendent pas de la première audition de la nouvelle présidente de la Fed Janet Yellen qu'elle bouleverse les marchés.

* Plus gros volume de la cote et l'une des rares baisses du CAC 40, L'ORÉAL (-3,88% dans des volumes représentant 3,3 fois leur moyenne quotidienne des trois derniers mois) concentre une nouvelle fois l'attention.

Le groupe a annoncé que son conseil d'administration et celui de Nestlé (-0,74%) avaient approuvé un projet de rachat par le groupe français de cosmétiques de 8% de son capital, au groupe suisse pour un montant total de 6,5 milliards d'euros tout en précisant qu'il n'aurait pas besoin de céder sa part dans SANOFI (-0,11%) pour financer cette opération.

* UBISOFT ENTERTAINMENT (+5,76%) signe la plus forte hausse du SBF 120, les chiffres trimestriels publiés par l'éditeur de jeux vidéo et les nouvelles prévisions du groupe ayant rassuré les investisseurs.

* PUBLICIS gagne 3,43%. Crédit Suisse a intégré le titre à sa liste de valeurs préférées, le broker restant optimiste sur les effets de la fusion avec Omnicom, en particulier en termes de synergies qui pourraient doper le titre, selon l'intermédiaire.

* LAGARDERE (+3,6%) a annoncé qu'il relevait son objectif de résultat pour 2013 en dépit d'une baisse de son chiffre d'affaires sur l'exercice, grâce à une fin d'année porteuse dans l'édition et le "travel retail". Le groupe a confirmé la distribution d'un dividende exceptionnel après la cession de ses 20% dans Canal+ France.

* Les PARAPETROLIERES sont bien orientées alors que les analystes se montrent plus optimistes pour le secteur cette année après un exercice 2013 pénalisé par une absence de visibilité sur la demande mondiale de pétrole et par des déceptions sur la croissance.

VALLOUREC grimpe de 3,03%, CGG de 2,73% et TECHNIP de 1,29%.

* KERING gagne 2,98%, soutenu par une note de Société générale qui réitère son conseil d'achat, et souligne qu'avec Richemont, il est un des rares titres du secteur du luxe à offrir un potentiel de hausse de sa valorisation.

* MICHELIN progresse de 3,1% après avoir fait état mardi d'une baisse de son bénéfice opérationnel et de son bénéfice net en 2013, conséquence notamment d'effets de changes particulièrement négatifs mais d'un solide cash flow. Le groupe a surpris en proposant un dividende en légère hausse.

* Le secteur AUTOMOBILE européen (+1,8%, plus forte hausse sectorielle en Europe) est dopé par une note sectorielle de Goldman Sachs, le broker ayant relevé ses perspectives de ventes de voitures pour la période 2014-2016 en Europe.

PSA, que Goldman Sachs a intégré dans sa liste de valeurs préférées (conviction buy list), gagne 2,09% et RENAULT 1,22%.

* AIRBUS GROUP gagne 1,2% après l'annonce par la compagnie vietnamienne VietJetair d'une commande ferme de 63 Airbus A320, de 30 en option et le solde en "leasing" au Salon aéronautique de Singapour .

D'autre part, selon des sources proches des négociations, Airbus serait en train de finaliser avec le loueur Doric Lease une commande de superjumbos A380 qui pourrait atteindre 8,0 milliards de dollars (5,9 mds d'euros).

* En revanche, ALCATEL-LUCENT (-3,91%) accuse la plus forte baisse du SBF 120 sur des prises de bénéfice après une ascension de près de 12% la semaine dernière, un trader évoquant une consolidation de la valeur. Le titre est également repassé sous sa moyenne mobile à 50 jours, à 3,19 euros, et ouvert un gap baissier entre 3,187 et 3,235 euros.

* NEXANS lâche 1,44%. Le conseil d'administration du fabricant de câbles a renouvelé sa confiance à l'équipe dirigeante du groupe, en dépit d'une perte de 333 millions d'euros affichée en 2013 due à des provisions pour restructurations liées à la dégradation du marché du câble.

Raoul Sachs et Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Jean-Michel Bélot

Copyright © 2014 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...