Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Les syndicats saisissent la justice sur la vente du Printemps

Marché : Les syndicats saisissent la justice sur la vente du Printemps

Marché : Les syndicats saisissent la justice sur la vente du PrintempsMarché : Les syndicats saisissent la justice sur la vente du Printemps

PARIS (Reuters) - Les syndicats du Printemps ont saisi mardi le procureur de la République sur les modalités du rachat du groupe de grands magasins par des investisseurs qataris.

Un "signalement de faits" a été déposé auprès du procureur le 21 mai, a déclaré jeudi à Reuters Bernard Demarcq, porte-parole de l'intersyndicale du Printemps, dénonçant un montage financier opaque et divers commissionnements jugés exorbitants.

"Il faut que le procureur puisse se saisir du dossier et diligenter une enquête", a-t-il précisé, évoquant des soupçons d'abus de confiance ou de fraude fiscale.

Du côté du Printemps, une porte-parole indique que "le groupe considère avoir agi dans le cadre de la loi et en toute transparence".

À ce stade, il n'y a pas de plainte déposée auprès du procureur, mais des pièces qui pourraient éventuellement permettre à la justice de se saisir du dossier.

L'intersyndicale précise avoir également transmis le dossier aux ministères de la Justice et du Redressement productif.

Les syndicats, qui jugent opaque la procédure de cession et qui craignent des suppressions d'emploi, souhaitent la suspension ou l'annulation de la procédure de consultation des salariés ainsi que la suspension du projet de cession lui-même.

Le Qatar détiendra 100% du capital du Printemps lorsqu'il aura racheté au groupe financier italien Borletti Group et au fonds allemand Rreef (filiale de Deutsche Bank) leurs participations respectives, selon des documents confidentiels obtenus fin mars par Reuters. Rreef et Borletti Group espèrent boucler la transaction d'ici l'été, après le feu vert des autorités de la concurrence.

À ce jour, les termes financiers de l'opération n'ont pas été dévoilés, pas plus que l'identité précise des acquéreurs.

Les syndicats s'inquiètent surtout des conséquences de la cession sur les effectifs, alors qu'un "business plan" baptisé Arthur 3 pourrait menacer, selon eux, près de 250 emplois, principalement au grand magasin parisien du boulevard Haussmann.

Pascale Denis, édité par Jean-Michel Bélot

Copyright © 2013 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...