Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Les Bourses européennes en repli à la mi-séance

Marché : Les Bourses européennes en repli à la mi-séance

Marché : Les Bourses européennes en repli à la mi-séanceMarché : Les Bourses européennes en repli à la mi-séance

PARIS (Reuters) - La victoire du Parti libéral démocrate (PLD) aux élections législatives anticipées du Japon dope le dollar et l'euro face au yen, alors que les incertitudes entourant les négociations budgétaires américaines continuent à peser sur les actions en Europe lundi à mi-séance.

À Paris, l'indice CAC 40 recule de 0,44% à 3.627,08 points vers 12h20 GMT. À Francfort, le Dax est stable (-0,07%) et à Londres, le FTSE cède 0,54%, affaibli par Aggreko (-17%). L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 perd 0,36%, alourdi notamment par les bancaires (-0,5%) et les valeurs télécoms (-1,6%).

Cette victoire confortable de la droite nippone - qui souhaite un assouplissement "sans limite" de la politique monétaire au Japon, ainsi que des grands travaux pour relancer la croissance - a entraîné le yen à son plus bas niveau en 20 mois face au dollar.

Les analystes estiment que la devise nippone devrait poursuivre son recul à un rythme soutenu.

Sur les marchés d'actions, comme sur le pétrole et les marchés obligataires, les yeux sont tournés vers les négociations pour tenter d'éviter le "mur budgétaire" américain ("fiscal cliff"). L'absence d'accord avant la fin de l'année entraînerait des hausses d'impôts et des baisses de dépenses de 600 milliards de dollars et menacerait de faire retomber le pays en récession.

Le chef de file des républicains à la Chambre des représentants John Boehner a fait un pas en avant en se disant prêt accepter une hausse des impôts sur les plus hauts revenus en échange d'une réduction importante des dépenses sociales afin de débloquer les négociations sur le "mur budgétaire" aux Etats-Unis mais Barack Obama n'est pas disposé à accepter cette offre, a-t-on appris samedi soir de source proche des négociations.

L'inquiétude face aux divergences politiques sur le budget freine le grand rally sur les actions et les matières premières déclenché l'été dernier par l'engagement des banques centrales à mener des politiques d'injections massives de liquidités dans le système économique mondial.

"Les cours des actions dans le monde ont quasiment doublé depuis mars 2009 avec des indices de retour sur investissement à ou près de leurs plus hauts historiques aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en Allemagne et dans certains pays émergents", note Trevor Greetham, responsable de l'allocation d'actifs chez Fidelity.

L'opérateur télécoms KPN plonge de 13,6% après avoir annoncé qu'il ne distribuerait pas de dividende au titre de 2012 et ne verserait que 0,03 euro sur 2013.

"Nous assistons depuis mercredi dernier à une stabilisation de l'indice CAC 40 sur les meilleurs niveaux de l'année. La volatilité est très faible, les volumes aussi", souligne Franklin Pichard, directeur Barclays Bourse.

"Le mouvement de consolidation (...) pourrait conduire le CAC 40 sur la zone des 3.600 points, dans le calme (avant rebond). Aujourd'hui, nous considérons que les catalyseurs devraient manquer. Donc, nous attendons !"

Les futures sur indices signalent une ouverture de Wall Street de -0,17% à +0,2%.

Hennes & Mauritz gagne 2,7% après avoir fait état de ventes à magasins comparables en baisse moins fortes que prévu au mois de novembre.

Santander (-0,9%) a annoncé lundi qu'elle rachèterait le solde du capital de sa filiale Banesto (+20%) et qu'elle fermerait 700 agences à l'issue de cette absorption.

Alcatel-Lucent gagne encore 2,6%, plus forte hausse du CAC, après une hausse de 7% vendredi. Le gouvernement français craint que le groupe ne perde la propriété de ses brevets suite à l'accord de crédit de 1,6 milliard d'euros conclu par l'équipementier télécoms avec Crédit suisse et Goldman Sachs, rapporte lundi le journal Les Echos.

L'euro, comme le dollar, fait un bond en avant face au yen après les élections nippones, et se maintient au-dessus de 1,3150 dollar, malgré un léger recul face au billet vert.

Le baril de Brent est repassé sous la barre des 108 dollars (-0,22%), les inquiétudes sur le "mur budgétaire" l'emportant sur l'amélioration des perspectives économiques en Chine.

Les investisseurs attendent dans la journée l'audition trimestrielle du président de la Banque centrale européenne Mario Draghi devant la commission des Affaires économiques et monétaires du Parlement européen cet après-midi, puis l'indice "Empire State" à New York.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...