Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Les Bourses européennes en hausse à l'ouverture

Marché : Les Bourses européennes en hausse à l'ouverture

Marché : Les Bourses européennes en hausse à l'ouvertureMarché : Les Bourses européennes en hausse à l'ouverture

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes sont orientées en hausse modérée mercredi après près d'une heure de transactions, la réélection de Barack Obama à la présidence des Etats-Unis levant une incertitude politique majeure, tout en remettant sur le devant de la scène les problèmes économiques et budgétaires du pays.

En le réélisant mardi, les Américains semblent avoir accordé à Barack Obama le bénéfice du doute en matière économique, mais le président réélu ne semble pas avoir de recettes supplémentaires à leur proposer pour vaincre le chômage et favoriser la croissance.

La meilleure méthode pour donner un coup de fouet à l'activité économique semble être de lever l'hypothèque du "mur budgétaire", ces quelque 600 milliards de dollars (466 milliards d'euros) de hausses d'impôts et de coupes dans les dépenses qui menacent de s'appliquer début 2013 et pèsent déjà sur les décisions d'investissement des entreprises.

"L'élection de Barack Obama permet d'assurer une certaine continuité au sein de la politique économique et étrangère des Etats-Unis, même si le défi du 'fiscal cliff' ou 'mur budgétaire' reste présent dans les têtes des investisseurs", écrit Saxo Banque dans une note à ses clients.

"Les tensions persistantes dans la zone euro, en particulier au sujet de la Grèce et de l'Espagne, devraient tout de même calmer les ardeurs haussières", estime la banque.

La coalition gouvernementale grecque va devoir surmonter ses divisions internes pour adopter mercredi un nouveau plan d'austérité crucial pour le versement de la prochaine tranche d'aide internationale.

À Paris, l'indice CAC 40 gagne 0,55% à 3.498,95 points vers 8h35 GMT. À Francfort, le Dax avance de 0,42% et à Londres, le FTSE est quasiment stable (+0,07%)%. L'indice paneuropéen Eurostoxx 50 progresse de 0,28%.

L'indice de volatilité implicite en Europe, considéré comme étant un baromètre de l'aversion au risque des investisseurs, chute de plus de 6% après la réélection d'Obama.

Le CAC 40 fait mieux que la plupart des autres marchés européens, soutenu par une série de bonnes nouvelles du côté des composants de l'indice, dont BNP Paribas, Veolia, Danone et Alstom.

BNP Paribas s'adjuge 3,9%, plus forte hausse de l'EuroStoxx 50, après la publication des résultats du troisième trimestre en forte hausse, notamment grâce à une augmentation des revenus dans son activité de taux.

Veolia bondit de 5%, plus forte hausse du CAC, après ses résultats trimestriels et l'annonce d'une nouvelle réduction de sa dette au quatrième trimestre.

Alstom progresse de 3,5% après que le groupe a annoncé une forte hausse de ses résultats semestriels et de ses prises de commandes.

Danone (+2,3%) figure aussi parmi les plus fortes hausses du CAC, après une information selon laquelle l'investisseur activiste Nelson Peltz est entré dans son capital. Il devrait plaider pour des réductions de coûts et de changements opérationnels au sein du groupe agroalimentaire français, rapporte le Financial Times.

Mais L'Oréal (-1,2%), plus forte baisse de l'EuroStoxx 50, pèse sur la tendance après un ralentissement de sa croissance organique au troisième trimestre.

L'euro reprend du terrain, autour de 1,2850 dollar, avant le vote du Parlement grec sur les mesures d'austérité indispensables à l'octroi d'une aide internationale.

La devise américaine est retombée face à l'ensemble des devises depuis l'annonce de la victoire d'Obama, qui assure une poursuite de la politique d'assouplissement monétaire de la Réserve fédérale ("quantitative easing").

"La victoire d'Obama signifie que le 'quantitative easing' va se poursuivre, ce qui fait pression sur le dollar et soutient les obligations (du Trésor américain)", commente Yuji Saito, responsable du marché des changes au Crédit Agricole in Tokyo.

Les futures sur Bund allemand se stabilisent, tout comme les taux à 10 ans italiens et espagnols, à la suite des résultats des élections présidentielles américaines.

Sur le marché pétrolier, le Brent reste sous la barre des 111 dollars le baril, l'inquiétude concernant la Grèce et la fragilité de la demande de pétrole dans une conjoncture mondiale morose l'emportant sur les tensions accrues au Moyen-Orient.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...