Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Les banques rembourseront moins que prévu à la BCE

Marché : Les banques rembourseront moins que prévu à la BCE

Marché : Les banques rembourseront moins que prévu à la BCEMarché : Les banques rembourseront moins que prévu à la BCE

par Eva Kuehnen et Sakari Suoninen

FRANCFORT (Reuters) - Les banques rembourseront à la BCE 61,1 milliards d'euros de prêts contractés en février 2012 au terme d'une seconde opération de refinancement à trois ans (LTRO), soit moins que prévu, ce qui laisse penser qu'une bonne partie du système financier de la zone reste dépendante des fonds de la banque centrale.

La BCE a précisé vendredi que 356 banques avaient saisi la première opportunité qui leur était offerte de réaliser un remboursement anticipé, soit le 27 février. Huit cents banques au total s'étaient refinancées par ce biais.

Une enquête Reuters publiée lundi anticipait un remboursement total de quelque 130 milliards d'euros.

Le taux Eonia à deux ans a fléchi après cette annonce, tandis que les futures de l'Euribor ont monté. Les rendements obligataires allemands ont également reculé sur l'ensemble de la courbe des échéances.

L'euro a inscrit un plus bas de six semaines de 1,3157 dollar et perdait 0,1% sur la séance.

"Ce remboursement inférieur aux prévisions montre que les banques de la périphérie de la zone euro, mais aussi du noyau dur, trouvent encore un emploi aux fonds LTRO car l'accès au marché reste restreint et qu'on craint encore des perturbations à venir sur les marchés", commente Tobias Blattner, économiste de Daiwa Securities.

"Pour la BCE toutefois ça doit être positif car cela réduira sans doute la pression haussière sur les taux du marché monétaire et la pression baissière sur l'inflation par le biais du taux de change".

La Banque centrale européenne a prêté aux banques de la zone euro plus de 1.000 milliards d'euros par l'intermédiaire de deux opérations de refinancement à plus long terme (LTRO) de trois ans chacune réalisées en décembre 2011 et février 2012.

Ce faisant, elle a évité à la zone euro un "assèchement du crédit" de très grande ampleur, a estimé son président Mario Draghi.

UN EXCÉDENT FAIT POUR DURER

Les banques ont choisi le mois dernier de rembourser à la BCE à la première occasion - soit le 30 janvier - 137,2 milliards d'euros empruntés lors de la première LTRO. C'était plus que prévu et en conséquence les taux d'intérêt du marché ont remonté.

Ce désengagement indirect de la BCE contraste avec les politiques monétaires plus relâchées menées aux Etats-Unis et au Japon, ce qui a renforcé l'euro.

Rembourser par anticipation est un gros avantage pour les banques soucieuses d'impressionner les investisseurs et les agences de notation et de distinguer de leurs concurrentes plus mal en point.

Elles étaient 523 à avoir tiré sur la première LTRO et 800 sur la seconde.

Selon des calculs de Reuters, l'excédent de liquidité de la zone euro - soit la différence entre les besoins de liquidité des banques pour leurs opérations journalières et la liquidité totale du marché - a diminué depuis le premier remboursement de fin janvier.

Cet excédent était de moins de 500 milliards d'euros contre 600 milliards environ avant le remboursement.

"C'est vraiment inférieur au premier remboursement de la première LRTO", constate Jan von Gerich, analyste de Nordea à propos de l'annonce faite vendredi. "L'excédent de liquidité n'est pas près de disparaître et nous en resterons aux taux actuels du marché pendant longtemps si la situation ne change pas fondamentalement".

Mario Draghi a dit ce mois-ci que même après le remboursement du second prêt à trois ans, l'excédent de liquidité devrait largement dépasser les 200 milliards d'euros, ce qui, a-t-il énoncé, confirmerait que "la politique monétaire est accommodante".

Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Nicolas Delame

Copyright © 2013 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...