Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Les banques françaises dénoncent la réforme bancaire de l'UE

Marché : Les banques françaises dénoncent la réforme bancaire de l'UE

Marché : Les banques françaises dénoncent la réforme bancaire de l'UEMarché : Les banques françaises dénoncent la réforme bancaire de l'UE

PARIS (Reuters) - Les banques françaises se sont insurgées jeudi contre le projet européen de réforme bancaire, un texte qui, selon elles, les écarteraient à terme des activités de marché.

Ce projet de réforme, hérité de Michel Barnier, l'ancien commissaire européen en charge des services financiers, vise à séparer les activités commerciales et d'investissement des banques européennes en imposant une "muraille de Chine" au sein des actifs bancaires.

Il doit être examiné vendredi à l'occasion de la réunion des ministres européens des Finances (Ecofin).

Et selon des sources diplomatiques, la Grande-Bretagne devrait obtenir une exemption de la réforme structurelle du secteur bancaire car la loi britannique dite "Vickers" impose déjà aux filiales de banque de détail des groupes bancaires de renforcer leurs fonds propres à partir de 2019.

"Si le texte est adopté demain en l'état, ce sera l'un des plus beaux scandales financiers de l'histoire européenne", déclare Marie-Anne Barbat Layani, directrice générale de la Fédération bancaire française (FBF) dans un communiqué à la tonalité particulièrement virulente.

"On est en train de sortir les banques françaises du marché et de remettre le financement des entreprises françaises entre les mains d'autres acteurs."

Jugeant l'exemption britannique "inadmissible", les banques françaises n'excluent pas de saisir la justice pour en contester la légalité.

"L'Europe va-t-elle donner définitivement les clés de ses marchés financiers aux seules banques anglaises et américaines de la City ?", interpelle encore la FBF.

Le projet de réforme structurelle des banques a été vivement critiqué par plusieurs pays membres de l'Union européen, au point que le commissaire européen chargé des services financiers, le Britannique Jonathan Hill, avait même suggéré en décembre dernier de l'abandonner.

(Matthieu Protard, édité par Jean-Michel Bélot)

Copyright © 2015 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...