Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Lejaby peaufine sa montée en gamme et cherche des investisseurs

Marché : Lejaby peaufine sa montée en gamme et cherche des investisseurs

Marché : Lejaby peaufine sa montée en gamme et cherche des investisseursMarché : Lejaby peaufine sa montée en gamme et cherche des investisseurs

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Lejaby a redressé la barre et cherche des investisseurs pour financer sa montée en gamme et son développement international.

L'emblématique marque française de lingerie mise en liquidation judiciaire a été reprise il y a deux ans par l'entrepreneur Alain Prost. Rebaptisée "Maison Lejaby", la société qui fête ses 130 ans cette année s'est repositionnée sur le haut de gamme et a retrouvé l'équilibre opérationnel.

"La phase de reprise est derrière nous. Une nouvelle étape s'ouvre, celle du développement", a déclaré à Reuters le président de Lejaby, précisant avoir investi avec ses deux associés 10 millions d'euros dans l'entreprise et avoir obtenu 5,0 millions d'euros de prêts bancaires.

La société a réalisé un chiffre d'affaires de 28 millions d'euros en 2013, contre 20 millions en 2012, et a équilibré son résultat brut d'exploitation (Ebitda), pour une perte nette comprise entre un million et deux millions d'euros.

"Le point mort est atteint sur la partie opérationnelle. Nous sommes sur la bonne voie", se félicite Alain Prost, ancien directeur général de La Perla passé auparavant par L'Oréal.

Il dit tabler sur une croissance d'environ 15% en 2014 et sur un résultat net positif, et vise un doublement des ventes en cinq ans.

Pour passer la vitesse supérieure, Lejaby a besoin de fonds : à la recherche d'investisseurs, financiers ou industriels, Alain Prost espère pouvoir aboutir dans le courant du premier semestre 2014.

MARCHÉ BIPOLAIRE

La société, qui fait fabriquer l'essentiel de sa production en Tunisie, a opté pour un positionnement haut de gamme et compte se développer dans l'ultra-luxe, avec sa nouvelle ligne dite "couture".

Dans un marché très compétitif - où la majeure partie des ventes se font en France dans la grande distribution et où les grandes chaînes internationales comme l'espagnol Zara ou le suédois H&M ont investi à leur tour le secteur de la lingerie -, Lejaby estime que le haut de gamme constitue la seule voie de salut.

"Le marché devient bipolaire. Seuls les premiers prix et le haut de gamme résistent", commente Alain Prost.

Lejaby réalise la majeure partie de ses ventes (65%) avec des parures vendues entre 80 et 150 euros, qui rivalisent avec des marques comme Chantèle ou Simone Pérèle. Elle a également développé une ligne "experte" pour les grandes tailles (27% des ventes) et une ligne entièrement fabriquée en France, dont les prix oscillent entre 200 et 400 euros, positionnée sur le créneau du luxe, comme Erès (groupe Chanel) ou La Perla.

Ces pièces aux matières luxueuses, produites pour partie en interne, ont vocation à monter en puissance. Alain Prost ambitionne à terme que ces produits atteignent 20% des ventes (contre 8% aujourd'hui) grâce à l'export.

Alors que le marché français de la lingerie reste atone- il a reculé en valeur de 1,7% en 2013 à 3,3 milliards d'euros - Lejaby voit sa croissance passer par une accélération à l'international, où la société réalise déjà 65% de ses ventes, notamment en Russie, son premier marché (20% des ventes).

Le Moyen-Orient semble aussi très prometteur, notamment Dubaï où la consommation de lingerie par habitant est la plus élevée du monde.

Edité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2014 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...