Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Le site BrandAlley, optimiste, dément toute fragilité financière

Marché : Le site BrandAlley, optimiste, dément toute fragilité financière

tradingsat

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - BrandAlley, troisième site français de déstockage de mode, a démenti mardi toute fragilité financière et affiché des objectifs de croissance ambitieux pour 2016.

La société, rachetée en octobre 2014 par Cyril Andrino et deux partenaires à Bpifrance et aux fonds Banexi et A Plus Finance, projette de réaliser un chiffre d'affaires de 150 millions d'euros en 2015 et de dégager une marge d'Ebitda (excédent brut d'exploitation) de 4% à 5% des ventes.

"En 2016, grâce à la signature d'un partenariat stratégique au sujet duquel nous communiquerons en temps voulu, nous espérons doubler de taille", a déclaré à Reuters son PDG, Cyril Andrino, disant tabler sur une marge au moins égale à celle de 2015.

Lors de son rachat, BrandAlley accusait des pertes comprises entre 4,0 et 5,0 millions d'euros par an et ses dettes se chiffraient à 15 millions d'euros, a précisé Cyril Andrino, indiquant avoir procédé à une importante restructuration, passant par des réductions d'effectifs, la relocalisation du siège de l'entreprise et des réductions de coûts.

"NOUS DÉGAGEONS SUFFISAMMENT DE CASH"

"L'entreprise avait une structure de coûts digne d'une très grande société. Aujourd'hui, nous dégageons suffisamment de cash pour faire face à nos obligations financières", a-t-il dit, sans donner plus de précisions.

Cependant, la société a obtenu, pour cause de "graves difficultés financières", la suspension d'un jugement de la cour d'appel de Paris la condamnant à verser une amende de 530.000 euros à L'Oréal pour commercialisation de parfums hors des circuits autorisés par le groupe (Lancôme, Armani ou Yves Saint Laurent).

"Nous avons de fortes chances de gagner maintenant en appel", a précisé Cyril Andrino, pour qui le jugement s'est appuyé sur les chiffres déficitaires de 2014 et ne reflètent en rien l'état des comptes aujourd'hui.

Pour pouvoir échelonner sur 8 ans le remboursement de sa dette bancaire et obligataire - qui s'élève aujourd'hui à près de 10 millions d'euros - la holding de tête du groupe a été placée en procédure de sauvegarde, dont le plan de sortie est programmé pour le mois de mars 2016.

BrandAlley a également liquidé une ancienne société de son PDG, Private Outlet, dont les salariés ont tous été reclassés.

"Non seulement nous ne sommes pas en difficulté mais le partenariat que nous entendons signer replacera BrandAlley au centre du e-commerce en France", a assuré le PDG.

BrandAlley est le troisième acteur du déstockage de mode en ligne derrière Venteprivée.com et Showroomprivé.com.

(Pascale Denis, édité par Julien Ponthus)

Copyright © 2015 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...