Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Le secteur bancaire sous pression selon Groupama AM

Marché : Le secteur bancaire sous pression selon Groupama AM

tradingsat

(CercleFinance.com) - Après de longues années de taux bas, les banques européennes vont devoir apprendre à vivre dans un environnement de taux d'intérêt durablement négatifs qui va mettre leurs résultats sous pression, préviennent jeudi les équipes de Groupama AM.

La filiale de gestion d'actifs de Groupama explique que les établissements les plus affectés risquent d'être les banques de détail, en raison de leur incapacité à faire payer les dépôts à leur clientèle de particuliers.

Cet avertissement survient alors que la BCE a décidé jeudi d'abaisser son taux d'intérêt de la facilité de dépôt de 10 points de base, le faisant passer à -0,4%.

'La politique de la BCE soutient l'économie, mais pas la croissance des résultats des banques', a rappelé Marie-Pierre Peillon, directrice de la recherche de Groupama Asset Management, lors d'une rencontre avec la presse.

D'après l'analyste, quelques solutions se présentent toutefois afin de réduire l'impact des taux négatifs sur les revenus d'intérêt des établissements bancaires et de soutenir leur rentabilité.

La filiale de Groupama retient notamment la possibilité d'ajuster leurs coûts, notamment en procédant à des fusions génératrices de synergies entre acteurs d'un même pays, une piste notamment privilégiée en Allemagne et en Italie.

Si la société de gestion met en avant la solidité du secteur bancaire, dont la solvabilité n'a cessé de s'améliorer au cours des dernières années, Groupama AM explique la défiance qui perdure à l'égard du secteur par une pression réglementaire qui conduit les investisseurs à s'interroger sur a qualité des résultats des banques, sur la pérennité de leurs dividendes, voire parfois à envisager de possibles augmentations de capital.

Et si ses équipes notent que la valorisation des banques européennes est aujourd'hui 'sans commune mesure' avec celle d'avant la crise de 2007, Groupama AM attribue le phénomène à une perte de rentabilité structurelle qui fait que les banques sont désormais beaucoup moins profitables que précédemment.

'Nous ne sommes pas en 2007, mais face à l'opacité et la complexité persistantes du secteur, la confiance des investisseurs n'est toujours pas revenue', conclut le gestionnaire d'actifs.

Copyright (c) 2016 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...